Grazia sur la touche

Grazia

Reworld Media, qui a racheté l'an dernier le magazine Grazia, a décidé de cesser la parution hebdomadaire du magazine pour se concentrer sur le numérique et va supprimer 31 postes, dont toute l'équipe du magazine, selon un compte-rendu de réunion consulté par l'AFP. Le magazine papier ne paraîtra plus que "trois ou quatre fois par an" et sera produit par une rédaction externalisée, a expliqué Germain Périnet, directeur des activités presse et éditeur des marques médias chez Reworld, lors d'une réunion d'information organisée mercredi. "Grazia est un magazine qui est très dépendant du marché publicitaire et a subi les conséquences de la crise sanitaire", a-t-il expliqué, "la décision a été prise de recentrer la stratégie du titre Grazia sur le digital, qui a montré de bonnes performances" et sur l'événementiel. Grazia ne paraissait plus depuis le début du confinement, ce qui avait suscité l'inquiétude des salariés placés en chômage partiel. Au contraire, le site web, piloté par une équipe de trois personnes, a continué son activité et enregistré des records d'audience. La réorganisation implique l'ouverture d'un PSE pour les 16 salariés du titre auxquels s'ajoutent des suppressions de postes dans d'autres services, soit 31 au total. "On essaiera au maximum de limiter les départs contraints", a assuré la direction. Seule Véronique Philipponnat, ancienne de Elle recrutée pour diriger la rédaction, conservera son poste après la réorganisation.   Magazine de presse féminine lancé en 1938 en Italie, la déclinaison française Grazia existe depuis août 2009. La marque, qui appartient à Mondadori, compte une vingtaine d'éditions internationales.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par