Lionel Dangoumau (L’Equipe) : « Notre objectif, c'est de capitaliser sur ce qui va se passer cet été »

dangoumau

Avec l’Euro de football, le Tour de France, Wimbledon et les JO Paris 2024 en quelques semaines, L’Equipe n’aura que peu de temps pour souffler. Lionel Dangoumau, son directeur de la rédaction depuis septembre dernier, se confie à CB News sur le traitement de ces événements, ses ambitions et ce que sera la marque media demain. Interview.

CB News : Vous avez rejoint L’Equipe en 2002 à la faveur d’un concours qui vous octroyait un CDD de 3 mois. Vous en dirigez aujourd’hui la rédaction alors que se profilent deux événements sportifs majeurs et de grande ampleur dans les semaines qui viennent, l’Euro de football qui a débuté vendredi et les JO Paris 2024. Cela donne le vertige ?

Lionel Dangoumau : C'est vrai que "vertige", je crois que c’est le terme que j'avais employé lorsque je me suis adressé pour la première fois à la rédaction dans le cadre de mes nouvelles fonctions. Même si je suis là depuis 22 ans, je sais que L’Equipe c’est une rédaction et un titre qui sont très forts et très emblématiques. Mais, très vite, j’ai été accaparé par mes tâches. Heureusement, je n’ai pas vraiment eu le temps de me poser trop de questions. Et puis, c’est une chance aussi.

CB News : Être de la maison, ça aide… ?

Lionel Dangoumau : Effectivement, notamment pour les JO, cela avait été très bien préparé par le précédent directeur des rédactions (Jérôme Cazadieu, NDLR) avant ma nomination. Je ne me suis pas retrouvé devant toute une montagne de choses à faire pour les préparer. Au final, je le vois plus comme une chance d'avoir tout de suite ces grands événements qui pouvaient nous donner de l'élan et qui allaient apporter de l'enthousiasme à la rédaction. Je pense que c'est plus facile d'arriver dans ce contexte-là, que si j'étais arrivé peut-être plus tard, après les JO. Nous aurions été dans un moment, peut-être, de décompression ou de gueule de bois. Là il y a tout à vivre, tout à construire encore. Donc ça c'est plutôt excitant.

CB News : L’Euro de football a débuté vendredi. Que proposerez-vous à vos lecteur-internautes ?

Lionel Dangoumau : Ce que l’on va essayer de leur proposer c'est d'aller plus loin que les matchs qu'ils vont regarder sur TF1, sur M6 ou sur beIN Sports. C'est à la fois leur apporter de l'émotion quand il y a en aura sur les terrains et à côté. Parce que ça c'est un de nos piliers. De l'analyse pour qu'ils comprennent ce qu’ils se passe ou ce qui s'est passé ou ce qui va se passer. Et puis de l'expertise aussi, c'est-à-dire décortiquer des matchs, les performances des joueurs. Et puis, ce que l’on fait depuis quelques années, mais que l’on va accentuer pour cet Euro mais aussi plus largement cette année, c'est d'aller sur d'autres territoires. Ne pas se contenter du stade. Nous aurons un reporter qui sera chargé de spécifiquement suivre tous les à côté, que ce soit la sécurité, l'ambiance, les sujets environnementaux, etc. Et puis nous aurons aussi pour la première fois un reporter vidéo totalement dédié à la compétition.

CB News : Comment vont s’articuler print et web ?

Lionel Dangoumau : C'est aujourd’hui une gymnastique qui est évidente pour presque tout le monde, nous y sommes pour notre part habitués pour de tels événements. Mais disons que le numérique c'est vraiment le temps chaud, le direct, les infos, le hard news, etc. Ce sont également des formats. Nous avons ainsi récemment sorti un long format de l’Equipe Explore sur Kylian Mbappé. Le print, c'est plus le temps de l'analyse, de la mise en perspective, du reportage, des grandes histoires. Nous aurons 20 reporters et photographes sur place, en Allemagne.

CB News : Tous ces événements en plein été, en période de vacances, demandent également une véritable organisation interne ?

Lionel Dangoumau : Bien sûr. C'est quelque chose que nous avons assez vite identifié et que nous avons essayé d'anticiper le mieux possible. Notre force, ce sont nos 250 journalistes. Parce qu’il n’y a pas que l’Euro et les Jeux Olympiques et Paralympiques, il y a aussi le Tour de France, Wimbledon, etc. Nous nous sommes organisés pour qu’il n’y ait pas de doublons. Mais très honnêtement, dans ces rendez-vous-là, nous avons plus un problème de « surcandidatures ». On fait forcément quelques déçus, même.

CB News : Cette période n’est pas seulement un événement éditorial, c’est également un enjeu économique important pour vos titres ?

Lionel Dangoumau : Oui. Et l’avantage, c'est que les mois de juillet et d'août, pour la partie print, ce sont en général nos meilleurs mois de l'année. Ce sont des moments où les gens ont plus de temps pour lire les journaux, et notamment L’Equipe. Sur les deux mois de juillet et août, qui concernent à la fois la fin de l'Euro, le début et la suite des JO, nous avons des objectifs sur le print d'augmentation des ventes de 15 à 20% alors que sur le numérique, les objectifs sont d’augmenter la fréquentation de 30 à 40% sur la période.

CB News : A l’issue de cette période chargée, qu’elle est votre feuille de route alors qu’un nouveau directeur général (Rolf Heinz) est arrivé le 1er juin dernier ?

Lionel Dangoumau : Notre objectif, c'est de capitaliser sur ce qui va se passer cet été. Et si les lecteurs, quels que soient les supports, sont au rendez-vous, de les capter, de les garder le plus longtemps possible après les événements. Si l'appétit des gens pour le sport se développe pendant l'été, on espère qu'il se poursuivra après. Ensuite, nous allons entrer avec Rolf Heinz dans un nouveau cycle. Ce sera ainsi le moment de se poser des questions sur notre organisation, savoir si nos propositions sont adaptées aux enjeux que l’on a. Ce sont des questions que l'on va se poser à partir de la fin de l'été, sachant qu'il n'y a pas de révolution à faire non plus. Nous avons un modèle qui est quand même solide. Les lecteurs sont au rendez-vous.

À lire aussi

Filtrer par