Les nouvelles ambitions du Parisien-Aujourd’hui en France

Le Parisien-Aujourd’hui en France à la relance. 10 millions €. C’est en effet le montant global investi pour la nouvelle formule du journal papier présentée jeudi et publiée lundi 12 septembre, et son offre web. « Il nous faut accroitre l’attractivité de la marque », souligne Francis Morel, le président du groupe Les Echos-Le Parisien, qui via le groupe LVMH a racheté le quotidien en 2015. Avec l’ambition d’être encore plus « en phase avec la société » et que le journaliste « travaille à hauteur d’homme », souligne Stéphane Albouy, directeur des rédactions du Parisien, Le Parisien-Aujourd’hui en France nouvelle manière mise ainsi sur davantage d'infos locales, sur une maquette remaniée de fond en comble et un abonnement moins cher.

Plus de proximité et de service

Fort de ses « 421 cartes de presse », le quotidien a renforcé les équipes de ses dix éditions franciliennes et s'enrichit de quatre pages d'informations locales en semaine et huit le vendredi. Il met en place un code couleur spécifique pour chaque grande séquence alors qu’une cellule de data journalisme œuvrera afin de fournir des infographies pertinentes. Si les pages débats sont « renforcées et viendront plus régulièrement », souligne M. Albouy, les pages sports sont quant à elles « revisitées ». Afin de renforcer son approche de proximité et de service, le titre proposera 2 pages quotidiennes d’infos pratiques sur le thème de la santé (lundi), l’argent (mardi), la famille (mercredi), la consommation (jeudi), le tourisme (vendredi) et la maison (samedi). Le cahier local et les éditions départementales du Parisien voient leur pagination progresser (de 12 à 16 pages) avec une véritable « sectorisation des informations avec des bons plans, des conseils loisirs et vie culturelle et autres transports », indique le directeur de la rédaction. « L'info locale est un facteur d'achat essentiel pour le journal", estime-t-il encore.

Le Parisien-Aujourd’hui en France jouera également à plein la carte de élections présidentielles à venir en 2017 avec un partenariat avec les fondations Fondapol et Jean Jaurès afin de « décrypter les programmes des candidats aux Primaires, de droite, comme de gauche. Dans la foulée, le supplément éco du lundi est également revu, tout comme le magazine de fin de semaine « repensé ».

En conquête d’abonnés

Le quotidien profite de ces changements pour lancer son nouveau plan de conquête du lectorat. Lui qui a longtemps privilégié sa diffusion en kiosques, va miser sur les abonnements en baissant ses tarifs, avec des offres à 25 euros par mois contre 41 euros actuellement. Le prix en kiosque reste lui inchangé. L'objectif sur deux ans est de "stabiliser les ventes du quotidien", a précisé la directrice générale du journal, Sophie Gourmelen. Une campagne de communication conçue et réalisée par l’agence ici Barbès proposera, dans une série de 10 visuels, la nouvelle signature du quotidien : « Tout vous concerne ».

6 000 téléchargements par jour

Côté numérique, après avoir rafraîchi son site en juin, le quotidien va se repositionner sur internet avec le lancement prochain d'une offre à dix euros par mois, et des journées rythmées par deux éditions numériques: un "tour de l'actualité" à 18h, et le journal du lendemain disponible dès 23h30, un quart d'heure seulement après le bouclage. Le quotidien, qui a testé plusieurs formules numériques ces dernières années, va abandonner ses applications d'info locale et sportive et rendre payants ses articles sur mobile via une appli unique dès janvier prochain, explique Mme Gourmelen, qui précise qu’aujourd’hui « un tiers de notre audience mobile » provient d’Instant Articles de Facebook et AMP de Google. Depuis qu'il a mis en place un système limitant le nombre d'articles gratuits sur le web (« Metered paywall »), le site du Parisien a enregistré 30% de ventes supplémentaires. De même, sur l’appli SFR Presse qu'il a rejointe cet été, le quotidien revendique 6 000 téléchargements par jour, soit près de la moitié des 15 000 personnes qui utilisent l'application au quotidien. C’est d’ailleurs la version numérique du dimanche 11 septembre, 23h30, qui révélera la nouvelle formule du journal, quelques heures seulement avant le print. Le journal papier qui devrait pour l’occasion connaitre un tirage compris entre 750 et 800 000 exemplaires.

Enfin, du côté des autres chantiers à venir, Le Parisien-Aujourd’hui en France envisage « une nouvelle offre éditoriale sur le digital » en février prochain, indique Francis Morel, ainsi qu’une « nouvelle offre du dimanche » début 2017 et une nouvelle offre La Parisienne « au premier trimestre ».

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par