L'ODI publie son rapport annuel « faire face au trouble dans l’information »

presse

L’Observatoire de la déontologie de l’information (ODI), présidé par Patrick Eveno - par ailleurs également président du récent Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) -, a rendu public son rapport annuel, intitulé « Faire face au trouble dans l’information ». Un rapport habituellement dévoilé lors des Assises Internationales du journalisme de Tours - cette année reportées en septembre : « l’ODI a estimé que ce regard sur la déontologie de l’information en 2019 ne pouvait être plus longtemps différé ».

L’ODI revient dans le rapport sur le fiasco « Xavier Dupont de Ligonnès», sur la mise en cause des reportages sur les questions scientifiques, et sur les nombreuses tentatives d’intimidation des journalistes enregistrées en 2019. Le rapport souligne également les initiatives prises en 2019 pour davantage de transparence et de dialogue vis-à-vis du public ; et évoque la création du CDJM - l’ODI y ayant contribué - lancé le 2 décembre 2019. Un Conseil qui « fonctionne en dépit des réticences et des faux procès », note l’ODI.

Le rapport a constaté en 2019 les mêmes dérives déontologiques que les années précédentes : « exactitude mise à mal par l’urgence et la concurrence, respect des personnes et de la vie privée malmené sous l’influence des réseaux sociaux, pressions de toutes sortes pour tenter d’arrêter des enquêtes journalistiques qui dérangent ». Il dénonce un commentarisme qui se développe, sous « l’effet de la polarisation et de la tension des débats publics (…) où l’expression d’opinions prend le pas sur l’exposé des faits ou de la simple formulation de questions ».

Pour autant, l’ODI souligne dans son rapport que l’année 2019 a aussi été marquée par la recherche de davantage de transparence et de dialogue vis-à-vis du public : « non seulement des journalistes de plus en plus nombreux se sont efforcés de compléter leurs enquêtes par des explications sur leur travail lui-même, mais des médias ont mis en place, ou annoncé, des dispositifs pour prendre en compte les critiques ».

Le rapport s’articule en cinq parties correspondant aux cinq groupes de travail permanents de l’ODI : Exactitude et véracité, Conditions de production, Respect des personnes, Relations aux sources, Bonnes pratiques. L’ODI évoque notamment le cas du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et « s’est étonné à plusieurs reprises de l’ingérence d’une AAI (autorité administrative indépendante) » dans le domaine de la déontologie de l’information. « Le CSA est trop souvent saisi pour interférer dans la ligne éditoriale des médias d’information », regrette l’Observatoire, qui estime qu’il y a « urgence à clarifier la répartition des rôles entre la régulation des médias et l’autorégulation de l’information ».

Le rapport revient également sur la polémique concernant l'agence de presse AFP et sa filiale de services corporate AFP-Services. Le conseil supérieur de l’agence avait estimé que les risques de confusion « ne justifient pas, au regard de l'article 2 de la loi du 10 janvier 1957, que l'Agence renonce purement et simplement à l'activité commerciale de sa filiale AFP-SERVICES qui permet de lui apporter un complément de ressources en diversifiant l'exploitation de ses compétences et savoir-faire ». L’ODI s’interroge : « Est-ce bien sûr? »

Mais le rapport cite également les initiatives et bonnes pratiques de nombreux médias : ceux qui renoncent aux farces du 1er avril, à l’image du site Numerama ou à France 3 PACA ; Check news  (Libération) et Les décodeurs (Le Monde) qui démentent le média des gilets jaunes Vécu sur la rumeur annonçant la mort d’un ou plusieurs manifestants à Montpellier, le samedi 8 juin ; France info qui crée une cellule de lutte contre la désinformation ; la valorisation de la place des femmes à La Voix du Nord ; les Dix Commandements de la rédaction de Mon Quotidien ; le « droit d'agrément » reconnu dans le groupe le Monde ; etc.

Pour lire le rapport 2020 de l’Observatoire de la déontologie de l’information dans son intégralité, c’est par ici

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par