Radio France veut rajeunir ses audiences

Radio France a pour priorité de rajeunir son audience et d'investir dans le numérique, tout en atteignant l'équilibre budgétaire "courant 2018", a assuré mercredi son président-directeur général, Mathieu Gallet, lors d'une audition devant la commission de la Culture, de l'Education et de la Communication du Sénat. Le rajeunissement de l'âge moyen des auditeurs passera par des grilles rénovées mettant l'accent sur le sport, l'humour et le soutien aux jeunes talents, a-t-il précisé en présentant son projet 2015-2019 aux sénateurs, alors que l'âge moyen des auditeurs de France Bleu et France Inter est de 59 ans. Pour élargir son audience, le groupe public devra aussi être plus présent dans le numérique, selon M. Gallet, qui a annoncé la création des premières webradios de Radio France courant 2016. Radio France a entamé en septembre un renouvellement de son offre numérique avec la refonte du site et de l'application France Bleu, suivie dans les prochaines semaines par France Culture et France Inter.

Redevance : la lutte continue…

Mathieu Gallet a ensuite rejoint son homologue de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, dans son combat pour un élargissement de la redevance audiovisuelle. "Le paiement de la redevance sur l'audiovisuel public basée sur la possession d'un téléviseur est quelque chose de totalement dépassé et incongru pour financer des missions radiophoniques", a-t-il lancé, appelant à la création d'un forfait audiovisuel. Les jeunes en particulier doivent comprendre que "les missions de service public, ce n'est pas la gratuité", face à un piratage généralisé des contenus audiovisuels sur internet. Autre projet commun aux deux groupes publics, la chaîne publique d'information en continu devrait être dotée d'une "feuille de route" pour "la fin du mois de novembre", même si les discussions sont encore à un stade "très préliminaire", selon M. Gallet.

Plusieurs sénateurs ont par ailleurs interpellé les responsables de la radio publique sur l'avenir de Sophia, la banque de programmes qui fournit les radios associatives. Après des "pertes récurrentes et importantes, elle sera cédée à "un acteur de référence de l'économie sociale et solidaire", qui emploie "12 000 collaborateurs en France", selon Frédéric Schlesinger, directeur délégué aux antennes et aux programmes du groupe Radio France, et garantirait "la reprise de l'ensemble du personnel". Le contrat d'objectif et de moyens (COM), qui présente les projets du groupe à l'Etat, doit être validé par le Sénat, l'Assemblée nationale et le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). L'intégralité de l'audition en vidéo est ici.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par