La rédaction de Science et Vie se met en grève après le départ de son directeur

Science et Vie

Une grève illimitée a débuté au sein du magazine Science et Vie, pour défendre son indépendance éditoriale, après le départ soudain de son directeur de la rédaction, a annoncé mardi la Société des journalistes (SDJ) du mensuel. Les journalistes de ce mensuel scientifique craignent pour l’indépendance du magazine, depuis son rachat il y a un an par le groupe Reworld Media. Ce dernier est régulièrement accusé par les syndicats d'avoir construit son modèle sur la « confusion » entre espaces publicitaires et contenus éditoriaux.

La semaine dernière, la Société des journalistes de Science et Vie avait dénoncé la publication de contenus sur le site internet du magazine, « sans aucun accord de la rédaction en chef ni de la direction de la rédaction », voyant dans cet acte une atteinte à son indépendance éditoriale. Et lundi, les inquiétudes se sont renforcées avec l'annonce du départ avec effet immédiat d'Hervé Poirier, comme l'a rapporté le quotidien Libération. Après avoir été rédacteur en chef du magazine depuis 2011, il avait été nommé directeur des rédactions de Science et vie il y a un an. « Pour les journalistes des rédactions, ce départ signe le refus de l'actionnaire [Reworld Media, ndlr] d'accéder à ses demandes: garantir l'indépendance éditoriale de Science et Vie, y compris sur le site; réaliser les embauches nécessaires au maintien de la qualité, en particulier celle d’un journaliste médecine/santé », a indiqué la SDJ dans un communiqué.  

Ce départ brutal « du directeur de la rédaction, garant de l’indépendance éditoriale, laisse les rédactions désemparées mais plus que jamais déterminées à sauvegarder la qualité d'un titre centenaire, dont le rôle est plus que jamais nécessaire, à l'heure des fake news et du Covid-19 », ajoute-t-elle. Par conséquent, les « journalistes des rédactions de Science et Vie et Science et Vie Hors série se sont mis en grève illimitée », depuis lundi à 17H30, a précisé la SDJ du mensuel. Sollicitée par l'AFP, la direction de Reworld Media n'a pas souhaité s’exprimer. La rédaction du magazine a par ailleurs reçu le soutien de l’Association des journalistes scientifiques de la presse d'information (AJSPI).

Dans un communiqué, celle-ci a estimé qu’« après la quasi-disparition du magazine La Recherche actée par son propriétaire, le groupe Perdriel [qui a fusionné ce titre avec le mensuel Sciences et avenir, ndlr], il y a quelques semaines à peine, une nouvelle fois un titre scientifique prestigieux est menacé par la volonté d'économiser ce qu'il faut bien appeler des bouts de chandelle ». « L'épidémie de Covid-19 - avec son cortège de fausses nouvelles, de rumeurs, d'experts auto-proclamés et d'études contestables - est venue rappeler l'importance pour la démocratie et le débat public de journalistes spécialisés en sciences qui puissent faire référence et éclairer nos concitoyens », a affirmé l’association. Le magazine scientifique Science et Vie, qui revendique 400.000 abonnés et 4 millions de lecteurs, a été vendu l'an dernier avec plusieurs dizaines de magazines thématiques (Auto Plus, Pleine Vie, Top Santé, Biba, Grazia, Closer, Télé Star, Le Chasseur Français...) par Mondadori à Reworld Media.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par