Sibyle Veil à la présidence de Radio France

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a nommé jeudi à la présidence de Radio France Sibyle Veil, actuellement directrice déléguée en charge des opérations et des finances du groupe, pour un mandat de 5 ans. C'est la première femme présidente de Radio France depuis Michèle Cotta en 1981. Seule candidate en interne, donnée favorite, Sibyle Veil, 40 ans, a été élue par les Sages du CSA face à cinq autres candidats : François Desnoyers (62 ans), Guillaume Klossa (45 ans), Bruno Delport (53 ans), Christophe Tardieu (53 ans) et Jérôme Batout (39 ans), auditionnés à tour de rôle cette semaine. Elle prendra ses fonctions à partir du 16 avril. Elle succède à Mathieu Gallet, dont le mandat avait été révoqué en janvier, suite à sa condamnation pour avoir favorisé deux sociétés de conseil lorsqu'il présidait l'Institut national de l'audiovisuel (INA) entre 2010 et 2014. Entrée à Radio France en 2015, Sibyle Veil, issue de la même promotion à l'Ecole nationale de l'administration (ENA) que le président Emmanuel Macron, bénéficiait du soutien des cadres de la Maison Ronde et notamment de celui du directeur des antennes Laurent Guimier, avec qui elle devrait former un "ticket", selon des sources concordantes.

Les chantiers à venir…

Dans ce contexte, elle devra s’atteler à bon nombre de chantiers inachevés au sein de la Maison Ronde, suite au départ de Mathieu Gallet. Le chantier le plus brûlant est sans doute à chercher du côté de la future réforme de l'audiovisuel public engagée par le Gouvernement fin 2017 après avoir taillé dans les budgets des groupes du secteur pour 2018. La fuite d'un document de travail contenant des mesures radicales (comme un rapprochement de France Télévisions et Radio France au sein d'une holding commune, une fusion de France 3 et France Bleu, la suppression de France Ô, ...) et des critiques sévères du président Macron sur l'audiovisuel public ont mis le secteur sous tension. Le gouvernement veut aller vite : des premiers arbitrages pourraient être rendus dans les semaines qui viennent et un projet de loi est attendu avant la fin de l'année. Parallèlement, Mathieu Gallet militait, comme Delphine Ernotte Cunci, pour la mise en place "d'une redevance universelle et automatique", qui ne serait plus liée à la détention d'un téléviseur, pour financer les mutations de l'audiovisuel public. Radio France ne fera pas non plus l’économie de la rénovation de la Maison de la Radio. Un gigantesque projet de réhabilitation qui a été lancé il y a une douzaine d'années, pour mettre cet énorme bâtiment des années 60 en conformité avec les normes anti-incendies. Les travaux, qui ont obligé les stations du groupe à s'installer à tour de rôle dans des locaux provisoires, devaient commencer en 2006 mais n'ont été lancés qu'en 2009. Censés durer 80 mois, ils ne sont pas totalement achevés. Fin 2016, la facture était évaluée à plus de 430 millions d'euros.

Côté numérique, sous le mandat de M. Gallet, Radio France a rattrapé son retard dans les webradios, la vidéo et surtout les podcasts, qui réalisent désormais des records d'écoute. Radio France veut proposer à terme un programme à la carte à ses auditeurs. Le groupe vient aussi de lancer un nouvel espace de concerts en ligne avec Arte, francemusique.fr. Les radios du groupe, en particulier France Culture, vont être très présentes sur la plateforme culturelle numérique de l'audiovisuel public qui doit bientôt être lancée. Misant sur un fort développement des enceintes connectées (Alexa d'Amazon, Home de Google...), Mathieu Gallet souhaitait prendre un coup d'avance en développant des programmes ad hoc, pour lesquels il a obtenu des fonds de Google.

Et pour le jeune public moins enclin à écouter à la radio ? Une des priorités de Radio France est de les attirer sur les ondes. L'âge moyen des auditeurs de Radio France a rajeuni de près d'un an depuis 2014, passant à 53,9 ans, mais cet effort va se poursuivre. En 2018, Radio France veut notamment développer l'offre d'information de Mouv', une radio que Mathieu Gallet surveillait comme le lait sur le feu. Sa nouvelle ligne lui a permis de doubler quasiment son audience (400.000 auditeurs quotidiens), mais elle reste très loin derrière ses concurrentes privées. Enfin, concernant franceinfo, la nouvelle présidente de Radio France devra tenter de muscler les audiences sur la TNT, pour l’heure reléguée à 0,3% de téléspectateurs en moyenne alors que les audiences radio et du site internet donnent le sourire à ses initiateurs.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par