L'écoute hebdomadaire de musique en progression à 20,1 heures

musique

L'IFPI, représentante de l'industrie du disque dans le monde, a publié son rapport 2022 « Engaging in Music », une  étude menée sur la consommation de musique, qui décrypte les usages de 44 000 personnes dans 22 pays. On y apprend que l’écoute hebdomadaire de musique en progression à 20,1 heures. Les amateurs de musique n’ont jamais dédié autant de temps à son écoute, y consacrant en moyenne 20,1 heures par semaine (versus 18,4 heures en 2021). Cette hausse représente l’équivalent de 34 chansons de 3 minutes supplémentaires par semaine en 2022.

46 % des personnes interrogées utilisent des services de streaming audio par abonnement, qui offrent un accès ininterrompu et à la demande, à des millions de titres. Alors que 69 % des répondants déclarent que la musique est importante pour leur bien-être psychologique, 68 % affirment que la musique est importante pour eux lorsqu'ils font de l'exercice. Plus des trois quarts des personnes interrogées apprécient la musique sous des formes extrêmement variées. En moyenne, les consommateurs utilisent plus de six méthodes différentes pour écouter ou se servir de la musique : du streaming vidéo en passant par la radio, la télévision, les films, les bandes sonores de jeux vidéo, ou la création de vidéos courtes et bien d’autres usages.
 
63 % des personnes interrogées reconnaissent le rôle majeur de la musique dans leur intérêt et le temps passé à regarder des vidéos courtes.  Les consommateurs écoutent un large éventail de genres musicaux - Outre les genres populaires tels que le hip-hop, le rock et la pop, plus de 500 genres différents ont été identifiés par au moins une personne interrogée, dont le "sertanejo", la "samba", le "disco-polo" et le "dangdut", offrant ainsi un riche mélange de musique locale et internationale aux amateurs de musique du monde entier.

La popularité historique de la radio se maintient, 73% des personnes interrogées déclarant qu'elles écoutent la radio principalement pour la musique qu’elle diffuse. Près d'un répondant sur trois (30 %) utilise des méthodes illicites pour écouter ou télécharger de la musique.

À lire aussi

Filtrer par