SXSW : #2 - La crème de la crème

Le 15/03/2016 à 18:25 par Capucine Pierard et Sébastien Emeriau

Capucine Pierard, "managing Partner" et "chief data officer", et Sébastien Emeriau, directeur du planning strategique et de l'innovation chez Havas Media, nous envoient des cartes postales écrites et visuelles du festival South by Southwest, plus connu sous l'acronyme SXSW, qui se tient à Austin (Texas) du 11 au 20 mars.

Au rythme effréné d’un speed dating massif de 35 000 personnes venues de 85 pays, nous voilà pris dans le rollercoaster SXSW, le best of worldwide de 2500 speakers castés toutes catégories : futur intelligent, art & inspiration, design & development, marketing, politique, entertainement, santé, sport, etc. Experience sharing à gogo pour tenter d’anticiper les phénomènes à venir d’ici 2025, 2035, voire plus si affinités. Comme si comprendre le mess incroyable dans lequel nous baignons aujourd’hui n’était pas déjà un super challenge.

Et là, littéralement… a huge slap in the face.

Des idées, des points de vue, des débats, des prévisions, des paris,… Nous enchaînons les shows, un marathon dans le dédale des hôtels du quartier du Convention Center d’Austin, sélectionnant parmi les 1250 conférences proposées ce qui nourrira de ce que nous espérons. On oublie de manger, on est gelés dans des salles de 500 personnes à 16°, et on en redemande.

Qu’attendions nous ? Qu’espérions nous ? Everything, anything… à travers la serendipity de la découverte, les shakras en ouverture 360.

Comment vous racontez ? On va essayer, mais c’est comme raconter un concert à quelqu’un qui ne pourra qu’écouter le disque (ou regarder les clips sur YouTube), le truc est physique, organique, avec des idées qui entrent dans la tête, se cognent les unes aux autres et se confrontent à celles des autres (débrief global de 18h à pas d'heure avec tous ceux croisés autour d’une bière).

Allez-y, retournez-y, ça vous fera comprendre le monde dans lequel on vit, ça viendra enrichir vos intuitions, ça vous fera arrêter de bullshitter.

C’est Jon Favreau, speechwriter d’Obama qui en parle le mieux dans son keynote « How to stop speaking in bullshit ». La Maison Blanche est constamment sollicitée par les journalistes pour commenter le moindre évènement. « The president of the USA is not your PA ! » Comme lui, ne montez pas sur scène pour combler des vides et des espaces. « Open your mouth only when you have something truly new, honest & authentic to say. And saying it personal or with humour won’t hurt. »

Dont acte.

Retour à la newsletter du jour
Laisser un commentaire
Par Anonyme Connectez-vous Créer un compte
Dans le mag

N°62-Novembre 2017

Le mag CB News chez vous et des contenus exclusifs en ligne !

Abonnez-vous !

CB News est également disponible en application :

App Store Google Play Amazon Kindle Fire