#KeepTruthAlive : l’UNESCO et DDB unis contre les crimes contre les journalistes

unesco

« Quand un journaliste cherche la vérité, c’est trop souvent la mort qu’il trouve. En 12 ans, plus de 1000 journalistes ont été tués à travers le monde ». C’est sur ce constat alarmant et réaliste, que l’UNESCO et l’agence DDB Paris ont pris la parole le 2 novembre, autour d’une campagne intitulée #KeepTruthAlive, à l’occasion de la Journée Internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes.  Déployée en presse, en affichage et réseaux sociaux, ce projet avait pour objectif de dénoncer la façon dont les journalistes sont tués de sang-froid chez eux, ou au coin d’une rue, bien loin des zones de guerre, comme on aurait tendance à le croire.

Un quotidien menaçant pour ces âmes courageuses et leurs proches, illustré notamment au travers de 4 visuels ; des affiches proposant des textes tels que « pour un journaliste la plus dangereuse zone de conflit c’est parfois chez lui », inscrits sur des photos d’intérieur, de bureau ou de sortie d’école, pour évoquer la banalité de lieux du quotidien, s’avérant pourtant très dangereux pour ceux qui luttent contre la censure et prônent la vérité dans leurs publications. Et plus grave encore, passés sous silence.  Le message impactant était aussi renforcé par la présence d’un renvoi à une carte interactive Google Maps référençant les centaines d’assassinats de journalistes partout dans le monde et depuis 25 ans. Les internautes sont également invités à soutenir et à relayer l’opération, via un site dédié : www.keeptruthalive.co. Et vous, risqueriez-vous votre vie pour tenir un micro pour parler d’une cause qui vous tient à cœur ?

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par