15 annonceurs veulent favoriser les sites labellisés Digital Ad trust

Logo Digital Ad Trust

Ils sont 15. 15 gros annonceurs* à avoir conjointement annoncé lundi qu’avec leurs agences médias respectives, ils s’engageaient en faveur du développement de leurs communications digitales sur les sites labellisés « Digital Ad Trust ». Initié en décembre 2017 par le SRI, l’UDECAM, le GESTE, l’UDA, l’ARPP et l’IAB France, ce label délivré par l’ACPM et le CESP regroupe aujourd’hui 92 sites qui revendiquent 47,3 millions de visiteurs uniques par mois, répartis en 3 catégories : display « classique », display « vidéo » et display « classique et vidéo ». Selon un communiqué commun, ces annonceurs mettent en avant que ces sites « offrent des garanties sur la sécurité des environnements dans lesquels nos marques apparaissent, l’optimisation de la visibilité de nos communications, la lutte contre la fraude et le respect des internautes au travers de l’amélioration de l'expérience de navigation et de l’information sur l’utilisation de leurs données personnelles ».

Pas encore d'objectifs chiffrés

"Nos investissements se sont déplacés pour une bonne part vers des plates-formes qui ont un autre objet, ni mieux ni moins bien (...), mais les grands annonceurs doivent se soucier de la bonne rémunération des médias qui produisent de l'information fiable", a déclaré Bertrand Cizeau, directeur de la communication du groupe BNP Paribas, lors d'un événement organisé lundi par l'Union des annonceurs (UDA), sur différents engagements des marques. M. Cizeau a admis que les publicités adossées à des "fake news" peuvent, à court terme, avoir un meilleur rendement que celles exposées à côté d'informations fiables. "Mais si on ne met pas [l'enjeu de rémunération des médias] au cœur de la responsabilité, on peut sans le vouloir être contributeur d'un populisme naissant", a-t-il insisté. Les 15 marques n'ont pas donné d'objectif chiffré pour leur engagement en faveur du label. "Ce n'est pas encore possible", explique Philippe Boutron, directeur Média France de Citroën. "Il n'y pas encore assez de sites certifiés. En tant que grand annonceur, j'ai besoin de toucher beaucoup plus de gens que ce que les sites du +digital ad trust+ ne me permettent", a-t-il relevé.   "Le jour où la courbe de progression des +adblocks+ s'inversera, on aura gagné, la publicité sera redevenue une valeur positive", estime Philippe Boutron.

En janvier, Sylvia Tassan Toffola, présidente du Syndicat des régies internet (SRI) et directrice générale déléguée de TF1 Publicité, a souhaité que la contribution des médias historiques au marché numérique global, actuellement de 6%, passe à deux chiffres en 2019, et qu'un tiers des impressions d'une campagne publicitaire numérique soit acheté sur des sites labellisés.

* : les 15 annonceurs : AccorHotels, Allianz France, AXA, BNP Paribas, Citroën, Coca-cola France, EDF, Ferrero, Galeries Lafayette, La Poste, Nestlé France, Orange, Procter & Gamble France, Renault et SNCF.

Les 92 sites labellisés :

DigitalAdTrust
DigitalAdTrust2

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par