Damien de Foucault (Adwanted) : "Aider nos clients à préparer le retour à " la nouvelle normale"

Damien de Foucault

Déconfiné, Damien de Foucault, vice-président d’Adwanted Group (Mediasbook([1]), Carthage, CSE), annonce le lancement de la Adwanted Media Academy et donne son retour d’expérience des trois derniers mois.

Comment avez-vous vécu cette période de confinement ?

Après quelques jours de sidération et la création d’un forum quotidien sous forme de visio-conférence, Adwanted Group s’est très vite mis en mode “warrior”. Négociation avec tous nos créanciers mais également, négociation avec nos clients pour que les délais de règlements (déjà bien longs en France) ne s’allongent pas encore de façon disproportionnée. Nous avons également profité de cette période pour lancer un challenge commercial au sein du groupe, le « 60 Days Business Challenge », qui a mis en compétition tous les commerciaux de tous les business du groupe Adwanted, aux USA, en Espagne et en France. L’équipe gagnante (américaine) a gagné …un voyage à Paris ! Le Covid-19 a été le moment idéal pour mettre le pied à l’étrier du marketing automation : avec la mise en place d’une vraie infrastructure comprenant une plateforme de gestion de nos contenus, d’un CRM et la refonte de notre site web corporate.

Quels changements majeurs cette crise a pu engendrer chez vous et qui auront des conséquences sur l’après-crise ?

Nous étions déjà très familiers des outils de visio conférence, je dirais même qu’on en a testé beaucoup depuis 3 ans car la moitié de notre Comex est basée à New York. Du reste, l’une de nos caractéristiques, c’est que nous vendons de la tech au marché publicitaire ; nous sommes donc avant tout technophiles. D’ailleurs, ce management bicéphale de notre groupe, jalonné de sessions Zoom fréquentes réunissant les deux rives de l’Atlantique, nous permet d’une part de nous tenir au courant de l’évolution de la crise sanitaire aux Etats-Unis et vice-versa, et d’échanger les best practices de l’autre. Mais au-delà de ces aspects organisationnels, nous sommes l’un des rares acteurs à avoir finalisé une acquisition en pleine période du Covid. Il s’agit de SRDS (Standard Rates and Data Services) aux Etats-Unis, qui est la plus grosse base de données mondiale d’informations sur les médias (tous les tarifs publicitaires de tous les supports de tous les médias, avec des informations qui permettent de qualifier les supports en audience, en diffusion, en profil…). En quelque sorte, nous avons presque doublé de taille pendant cette période du Covid, avec désormais presqu’autant de collaborateurs aux Etats-Unis qu’en Europe.

Et votre « contribution solidaire » à vous, Adwanted Group, dans cette période post-covid, c’est quoi ? Vous avez une initiative solidaire à nous faire partager ?

Bien, sûr ! Nous avons mis en place plusieurs initiatives :  des incentives pour les agences sur l’utilisation de la plateforme, sous forme de remises sur les licences logicielles de Carthage par palier de volume d’achat négocié sur la plateforme. La création de la Adwanted Media Academy : formations génériques gratuites sur les métiers et l’écosystème de l’industrie publicitaire : par exemple, le fonctionnement d’une chaîne de TV et la construction d’une grille programme, le développement d’une stratégie de communication à l’international, l’automatisation des processus de vente d’espace publicitaire off-line, ou encore le médiaplanning presse dans le contexte de l’arrivée de la nouvelle mesure d’audience One Next... Ces formations sont destinées à un public très large : le jeune diplômé qui veut s’orienter vers notre industrie, la jeune recrue d’une agence media qui veut se familiariser avec un métier connexe du sien, ou même, plus largement, le cadre qui travaille à l’antenne et qui veut mieux comprendre le fonctionnement d’une régie publicitaire, ou à l’inverse, le chargé d’études à la régie qui souhaite mieux connaître le métier d’éditeur… Toutes ces formations sont gratuites, il y a 8 sessions organisées dont vos lecteurs trouveront les dates sur le site web Adwanted-group.com (dans la rubrique ‘Formations’) ; il suffit de s'y inscrire. Après la fin septembre, ces formations sont diffusées en mode payant mais pourront être prises en charge par les organismes collecteurs dans le cadre du DIF.

Quels enseignements tirez-vous de cette période ?

Il est un peu prématuré d’en tirer des conclusions définitives compte tenu du manque de recul que nous avons. Cependant, les premiers enseignements que nous tirons de cette période sont très instructifs. Ces trois derniers mois m’ont conforté dans l’idée qu’une crise, c’est un accélérateur de tendance. Ça accentue ce qui fonctionne bien comme ce qui fonctionne mal. Ça accélère tout.

Toute notre industrie a expérimenté le télétravail, avec un certain succès du côté de la productivité, au détriment, très certainement, de la convivialité. Pour une plateforme transactionnelle comme Adwanted, c’était une période très paradoxale : d’un côté, nous avons accompagné nos régies dans les annulations et reports de toutes les campagnes engagées sur la plateforme : un boulot pas très drôle pour nous car nous avons, en fait, travaillé pour annuler, une à une, nos sources de revenus.
D’un autre côté, les utilisateurs, acheteurs comme vendeurs (ceux qui restaient car beaucoup étaient en chômage technique !), ont pu réaliser qu’une plateforme web comme celle d’Adwanted, c’est surtout un outil qu’on peut utiliser de partout, sans infrastructure informatique! Et donc paradoxalement, alors que le business revient très lentement mais que l’ensemble de notre industrie prolonge les conditions du télétravail, nous suscitons un intérêt réel car nous sommes désormais perçus comme un partenaire de sortie de crise, avec un très fort facteur de productivité et surtout, totalement compatible avec une situation de télétravail : il suffit d’un accès internet, d’un log-in , et le médiaplanneur peut gérer ses campagnes, les négocier, assurer un reporting auprès de ses annonceurs. Du côté vendeur, c’est pareil : les négociations se poursuivent en ligne, les ordres d’insertions sont reçus et validés, le web permet, en définitive, de travailler presque normalement, sans les inconvénients de la distance. En fait, c’est ça la « plateformisation » : c’est rendre les outils d’aujourd’hui compatibles avec les conditions de travail du futur. C’est aider nos clients à préparer leurs collaboteurs pour un retour à ce qu’on appelle désormais « la nouvelle normale ».

Je pense même que, compte tenu des mesures drastiques prises  dès le début de la crise, de la nécessaire prise de recul imposée par les contraintes de cette période, et des efforts que nous avons fournis pour sécuriser et perfectionner nos outils, Adwanted Group va probablement sortir plus fort de cette crise.

[1] Consortium des régies : LesEchosLeParisien Medias, GMC Media, Altice Media Publicité, M-Publicité, RégieObs, Reworld Media, CMI Media, Lagardère Publicité News, racheté par Adwanted Group en Juin 2018.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par