La crise a valorisé les métiers de la Com'

teams
(©  Margarida CSilva, Unsplash)

Comment communiquer post-confinement ? Quels sont les nouveaux défis des entreprises au cours des prochaines semaines ? C'est ce qu'a tenté de savoir le Club We Are Com autour d'une enquête menée auprès de plus de 120 entreprises en France en avril 2020.

les métiers de la communication valorisés

Si la crise sanitaire due au Covid-19 a bouleversé nos habitudes, elle a aussi modifié l'organisation interne des entreprises, à commencer par celle des cellules de crise dans les départements de la communication. En effet, comme l'indique We Are Com,  5% de ces sociétés qui n'en avaient pas, s'en sont depuis, dotées. Aussi, l'expertise communication est présente dans 7 cellules de crise sur 10. Enfin, les 2/3 des communicants considèrent que cette crise a valorisé leur métier, et la moitié d'entre-eux estiment avoir pu évaluer l’efficacité de leurs actions de communication de crise. Sans surprise ce sont les RP (58%), le digital (96%) et les médias traditionnels (31%) qui ont été privilégiés en communication de crise par les professionnels du secteur.

Quant aux pratiques de travail (télétravail à 95% pour les professionnels de la communication), celles-ci n'ont pas spécifiquement évolué depuis le confinement; les outils digitaux ayant été favorisés, faute de ne pas pouvoir bénéficier d'autres outils, ou de se rendre sur son lieu de travail et la capacité de diffusion de contenus, restreinte.  En chiffres notamment, cela correspond à un taux de 67% des équipes communication qui ont gardé la même organisation pour mener leurs actions durant le confinement. À l’inverse, les communicants ont fait preuve d'une plus grande autonomie dans la production de rapports de veille concurrentielle, environnementale, réputationnelle ou réglementaire (contenus essentiels à la gestion d'une crise, même exogène). 

veille

Une claque pour l'événementiel

Si le confinement a donc permis de réorienter les objectifs de ces entreprises, ou de repenser leur organisation interne, il a néanmoins affaibli le secteur de l'événementiel au travers de l'interdiction de rassemblements. Cette dernière a en effet entraîné l’annulation de 45% des évènements d’entreprise (salons, congrès, conventions managériales, etc) et 54% de reports des manifestations ont entrainé des difficultés de re-programmation (1% seulement de rendez-vous confirmés). L'alternative donc ? Proposer des visioconférences et des webinars pour continuer à faire parler de l'entreprise, sinon fractionner en sous-groupes de travail.

Autre point remarqué par We Are Com : le fait que si la communication évènementielle s’est réduite, la communication RSE, elle, s’est fortement développée. Après la communication de crise, les communicants se sont mobilisés pour la valorisation de nouvelles actions RSE de leur entreprise et pas seulement : dons aux soignants et aux personnes les plus vulnérables notamment dans les EHPAD (58%), valorisation de nouvelles plateformes dédiées à l’entraide ou aux télé-consultations (18%), remerciements aux partenaires fortement mobilisés (13%) et appels à la solidarité via les réseaux sociaux ou encore les newsletters clients (11%). Le but étant de communiquer de façon rassurante et de ne pas perdre de vue ses publics (garder une proximité et une légitimité dans le message diffusé).

solidarité

Aller vers une communication empathique 

Qui parle de crise sanitaire, inclut aussi réécriture des messages publicitaires pour s'adapter aux nouvelles attentes sociétales. Ainsi, en ce sens, 75% des communicants adapteront le positionnement et les messages de leur marque avec pour objectif  de répondre aux nouvelles attentes de leurs cibles post-confinement en misant sur la proximité, l’utilité, la transparence et l’empathie. Le plan de communication de reprise valorisera les actions de RSE et de solidarité,  en activant plus largement les canaux digitaux. Enfin, toujours pour parler d'empathie, le confinement aura "ouvert des portes" pour certains collaborateurs. Bon nombre d'entre eux comptent désormais  effectuer une enquête interne pour connaître les attentes et préoccupations des équipes, lors du déconfinement. 

PARLONS DES SOUS

Ainsi, pour une entreprise sur deux, le budget communication sera réduit en 2020, en raison de l'impact économique de la crise sanitaire. En chiffres là encore, l'exemple est probant : alors que 49+ de ces entreprises réduiront le budget prévu, 43% le garderont inchangé et 8% lui donneront plus d'importance. Enfin, seules 14% des entreprises avaient anticipé la mise en confinement et avaient déjà préparé leur plan de reprise à J-10 du déconfinement. 

Méthodologie : enquête menée auprès de 126 communicants du collectif We Are COM sur la période 15 au 25 avril 2020 en France.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par