Entre 1,2 et 1,5 Mds € de financement du cinéma et de l’audiovisuel par les SMAD

internet

Dans une étude communiqué vendredi, NPA Conseil indique avoir chiffré les montants que l’application depuis le 1er juillet du décret « SMAD » (Service de médias audiovisuels à la demande) engrangeraient pour les secteurs du cinéma et de l’audiovisuel sur la période 2021-204. En effet, les éditeurs de SMAD étrangers (de l’Union européenne ou hors Union européenne) proposant leur offre sur le marché français et dont le chiffre d’affaires est supérieur à 5 millions d’euros sont soumis désormais à de nouvelles obligations, modulables selon le modèle économique et la taille des entreprises en question. Ainsi, selon le décret paru au JO le 23 juin dernier, les services de vidéo à la demande type Netflix, Amazon ou encore Disney+ devront consacrer « au moins 20% du chiffre d'affaires » qu'ils réalisent en France au financement de la production d'œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes ou d'expression originale française. Un taux qui passerait à 25% pour les services proposant des films de moins de 12 mois.

Entre 101 et 126 M€ en 2021

Dans ce contexte, NPA Conseil table donc sur une fourchette comprise entre 1,2 et 1,5 milliard € pour les années 2021 à 2024, cinéma et audiovisuel confondus. La société d’étude s’est dans les faits basée sur ses prévisions de mesure de la « dynamique » du secteur de la SVOD (modifications annoncées ou anticipées des tarifs d’abonnements, les évolutions dans la distribution des différents services, événements permettant d’accroître l’attractivité de la programmation…) tout en y intégrant différentes variables (Taux de TVA et taxe vidéo supposés stables sur la période, possibilité de déduction des frais liés à l’auto-distribution, notamment). Au final, la contribution des SMAD à la production cinéma et audiovisuelle devrait s’établir : entre 101 et 126 M€ en 2021 ; entre 280 et 350 M€ en 2022 ; entre 372 et 465 M€ en 2023 ; entre 484 et 605 M€ en 2024. « Netflix devrait être, et de loin, le premier contributeur, avec 42% au moins des montants apportés par les services de SVOD », relève NPA Conseil.

npa
npa

À lire aussi

Filtrer par