La perception des marques par les influenceurs scrutée par HypeAuditor

internet

HypeAuditor, plateforme d’analyse IA pour les marques souhaitant réaliser des campagnes de marketing d’influence équitable, transparent et efficace, vient de publier une étude sur la façon dont les influenceurs perçoivent les marques et pourquoi ils refusent de travailler avec certaines d’entre elles. Ainsi, 43% d’entre eux pointent-ils n’avoir « jamais ou rarement » reçu un message personnalisé d'une marque adaptée à leur plateforme. Cela signifie que dans une grande proportion des cas, les influenceurs sont approchés par les marques avec des messages génériques, de type copier-coller, sans personnalisation pour eux ou leur plateforme. Alors que 59% affirment qu’ils souhaiteraient avoir une idée plus concrète du budget disponible et des résultats attendus ou encore souhaiteraient, à 61%, avoir une description claire et précise du produit et du service dont ils sont censés faire la promotion. De même, 51% demandent des informations sur l’entreprise pour être sûrs qu’ils sont sur la même longueur d’onde, relève l’étude de HyperAuditor. Parmi les raisons évoquées pour ne pas travailler avec une marque, 51% mettent en avant qu’ils n'aiment pas ou n'apprécient pas la marque, devant le manque de satisfaction quant au budget (42%) ou encore, à 38%, parce qu’on leur a dit exactement quoi écrire et n'ont donc pas eu de liberté de création. Au quotidien, 37% des influenceurs avouent recevoir en moyenne chaque mois un à trois messages envoyés par des marques. En gros, la plupart des demandes concernent des tests de produits gratuits (pour 33% des influenceurs), des collaborations incluant des posts et/ou des stories sponsorisés (31%), et des propositions d'ambassadeurs de marque (18%). Pour près de 39% des personnes interrogées, seulement une à deux demandes de marques débouchent sur des collaborations rémunérées. L’e-mail reste toutefois le canal de communication préféré par 51% des influenceurs interrogés, devant la prise de contact directement via la plateforme de prédilection de ceux-ci.

hype
hype
hype

À lire aussi

Filtrer par