Les prosumers entre fierté nationale, crainte du futur et repli sécuritaire

Les prosumers (ou prosommateurs) ont parlé. Ces professionnels de la consommation que Havas Worldwide et BETC interrogent depuis une dizaine d'années pour dégager quelques balises (étude "Pride & prejudice : shifting mindsets in an age of uncertainty"). Près de 12 000 personnes dans 37 pays ont ainsi livré leurs perceptions sur ce qui va peut-être infuser notre quotidien dans un délai de 6 à 18 mois.

Néo patriotisme

Le repli sur les valeurs traditionnelles, sur la famille, sur l’intimité de la religion et sur la nation n'est certes pas un mouvement récent. Il s'intensifie. A l’échelle mondiale, 75% des prosumers interrogés sont fiers de leur pays. En France, l’écart significatif entre prosumers (77%) et mainstream (58%) suggère une nouvelle ère de fierté nationale. Cette tendance est également partagée par les millennials. Ils sont aussi 43% à penser qu'internet amoindrit leur spécificité culturelle. Un néo patriotisme qui n'englobe pas les ultras. Ce nouveau patriotisme est porté par des valeurs politiquement et économiquement responsables, presque "cool" (d'où le succès des marques comme Le Slip Français, le chocolat des Français et des messages tricolores dans la publicité). Quelques exceptions existent comme au Brésil ou en Afrique du Sud. Les révélations de corruption et les bouleversements politiques ont mis le public dans l’embarras : 54% des prosumers brésiliens et 45% des prosumers sud africains ont honte de leur pays.

Quel futur pour la démocratie ?

77% des prosumers pensent que la démocratie est la meilleure forme de gouvernance des états. Mais ils ne font plus confiance aux politiques...7 sur 10 déplorent la disparition de leaders dignes de confiance. Si les outils pour décrypter le vrai du faux existent, le panel se désintéresse de la mécanique du vote : soit en ne votant pas, soit en votant en sachant que le/la candidate(e) n'est sans doute pas intègre. Les faits politiques sont jugés "ennuyeux" et 64% des prosumers préféreraient un leader qui gouverne de manière inclusive et participative en s'appuyant sur la volonté du peuple.

Sécurité contre liberté ?

Plus de la moitié de ces pro de la consommation (53%) seraient prêts à renoncer à certains droits et libertés pour se sentir en sécurité. 54% sont favorables à l'installation de caméras dans l'espace public, à l'installation de puces électroniques pour surveiller les personens jugées coupables de crimes et à l'incarcération de terroristes présumés même s'ils n'ont pas commis d'attentats. Si 85% croient en l'égalité de droits entre les êtres humains, il sont tout de même 44% à vouloir interdir l'entrée dans leur pays de migrants venants de pays connus pour abriter des terroristes. 

 Voir la présentation :

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par