LVMH rachète Birkenstock

Birkenstock

Les fonds L Catterton du groupe LVMH- le fonds basé aux Etats-Unis, cible le luxe accessible et compte dans son portefeuille Ba&sh, Pepe jeans ou les doudounes Jot - et la Financière Agache de la famille Arnault ont acquis la majorité du fabricant de sandales allemand Birkenstock, dans une transaction valorisée, selon plusieurs médias, à 4 milliards d'euros. Il s'agit "de la prochaine étape logique pour atteindre une forte croissance également sur des marchés d'avenir comme la Chine et l'Inde", a annoncé le groupe allemand dans un communiqué, ne dévoilant pas les modalités financières de la transaction. Le patron du fabricant Oliver Reichert évoque de son côté dans une interview au quotidien économique allemand Handelsblatt des "opportunités" car "le propriétaire de LVMH Bernard Arnault joue un rôle clé dans la stratégie de L Catterton". "Nous allons aider Birkenstock à réaliser son grand potentiel de croissance" a de son côté déclaré Bernard Arnault, cité dans un communiqué.
Birkenstock a déjà connu plusieurs vies : de producteur de semelles orthopédiques habillant des sandales au look rustique, le chausseur a désormais gagné sa place dans les défilés de mode et aux pieds des stars. Dans les années 2000, la sandale "la plus laide du monde", avec son "lit de pied" en liège et ses grosses brides, s'est débarrassée de son image kitsch, vestige de la culture hippie, et a été adoptée par les branchés. Le groupe a notamment dépoussiéré ses collections, lançant des modèles aux coloris plus gais et s'associant à des labels de créateurs comme Paco Rabanne, Valentino ou Céline qui a récemment revisité la Birkenstock en version fourrure (la "Furkenstock").

À lire aussi

Filtrer par