Pub mensongère : les Pharmaciens contre les centres E. Leclerc

medicament

L'Union des groupements de pharmaciens d'officine (UDGPO) a annoncé samedi le lancement d'une action collective en justice contre les centres E.Leclerc pour "publicité mensongère", après avoir déjà obtenu en décembre la condamnation du distributeur. "Nous avons gagné en décembre en tant que syndicat, et maintenant nous estimons que tous les pharmaciens ont le droit de dénoncer un préjudice moral et économique pour leur propre compte", a expliqué à l'AFP Laurent Filoche, président de l'UDGPO. Il espère que les près de 2.000 pharmacies situées à proximité d'un centre Leclerc ou d'une parapharmacie du distributeur se joindront au courant du mois de mars à cette "grande action collective (...) pour réparer le préjudice moral et économique des officines françaises". Dans son jugement en date du 3 décembre, le tribunal de commerce de Créteil a estimé que la communication faite par le distributeur sur la présence dans "chacune de ses parapharmacies" d'un docteur en pharmacie était "trompeuse" au titre du Code de la consommation, et l'a condamné à payer 30.000 euros à l'UDGPO au titre des dommages et intérêts. Selon le tribunal de commerce, les centres Leclerc, qui ont fait appel, n'ont pas été "en mesure de prouver la présence effective de docteurs en pharmacie et leur disponibilité pour la délivrance de conseils aux clients", ce que promettait pourtant l'enseigne dans une publicité. Le distributeur, par la voix de son dirigeant Michel-Edouard Leclerc, est depuis les années 1980 un fervent militant de l'ouverture du marché de la vente des produits de pharmacie sans ordonnance. Depuis 1989, il a ouvert 245 parapharmacies sous son enseigne, qui proposent plus de 6.000 références.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par