Vangardist et Serviceplan choquent pour lutter contre l’homophobie

Face à la persistance de l’homophobie dans de nombreux pays, le magazine autrichien Vangardist a lancé une opération de sensibilisation d’ampleur internationale : « The Pink Triangle ». En France, celle-ci se concrétise par une campagne nationale d’affichage signée Serviceplan qui sera déployée pendant le mois d’août sur 1 300 panneaux mis à disposition gracieusement par JCDecaux et Media Transports via Mediaplus France. Cette campagne d’affichage aux accroches provocantes veut interpeller le grand public sur une réalité méconnue. Aujourd’hui encore, les communautés LGBTQI (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Queer, Intersex) sont victimes de persécution, d’emprisonnement ou de torture dans plus de 70 pays. L’opération invite également à la signature d’une pétition mondiale visant à obtenir des Nations Unies l’inscription des droits des personnes LGBTQI à l’Article 2 de la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme », pétition qui collecte à ce jour 1 478 signatures : https://pinktriangleissue.com. L’accueil de cette opération par les associations et les militants LGBT français a été pour le moins mitigé. Ainsi la Conférence lesbienne européenne s’est insurgée sur Twitter : "Avez-vous consulté des associations françaises ou européennes pour savoir ce qu’elles pensaient de la stratégie d’utiliser un message lesbophobe pour dénoncer la lesbophobie ?" L’organisation appelle d'ailleurs au retrait de cette campagne. Face à cette polémique, Alain Roussel, directeur de Serviceplan explique que "l’objectif principal est simple : nous voulons obliger le regard des passants à se poser sur ces affiches, et provoquer un maximum de réactions".

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par