Le CSA va étudier le ‘’cas’’ Mathieu Gallet à la tête de Radio France

Lundi, le tribunal correctionnel de Créteil. Mardi, la ministre de la Culture. Mercredi, le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Mathieu Gallet, le président de Radio France, a connu des jours bien meilleurs. Après avoir été condamné à un an de prison avec sursis et 20 000 € d’amende pour « favoritisme » alors qu’il était président de l’INA entre 2010 et 2014 (Mathieu Gallet a fait appel, ndlr), puis Françoise Nyssen qui juge la « situation inacceptable » pour le dirigeant de la Maison Ronde qui doit "en tirer les conséquences", c’est au tour du CSA d’annoncer par communiqué qu’il engage une « procédure » afin de décider s’il le maintient ou pas en poste. « (…) le CSA a décidé de mettre en œuvre l’article 47-5 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée », selon lui, qui permet de révoquer les dirigeants du service public audiovisuel dans le cadre d’une « décision motivée », selon le texte de la loi. Une disposition instaurée en 2013, lorsque le CSA s'était vu confier le pouvoir de nomination de ces mêmes dirigeants. « Au terme de la procédure », la décision du CSA « interviendra le plus rapidement possible dans le respect du contradictoire et notamment après la communication du jugement rendu à l’égard de (…) Mathieu Gallet », indique-t-il encore.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par