Désinformation : la Commission européenne appelle les plateformes à en faire plus

Commission européenne

L'Union européenne a appelé mercredi les géants du net à en faire davantage pour lutter contre l’« énorme vague de désinformation » suscitée par la pandémie de coronavirus, et apporté son soutien à Twitter dans sa bataille contre Trump. L'UE va demander à ces plateformes (Facebook, Twitter, Google...) de publier un rapport mensuel sur les actions mises en oeuvre pour lutter contre la désinformation liée au Covid-19, a annoncé la vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, Vera Jourova, lors d’une conférence de presse aux côtés du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Vera Jourova a « salué » les mesures déjà prises par les géants de l'internet, mais estimé qu’ils « devaient en faire plus », en présentant un plan pour lutter contre la désinformation. Les rapports des plateformes devront porter sur la nature de la désinformation, la dimension du réseau impliqué, son origine géopolitique et l'audience ciblée, a-t-elle précisé. La démarche repose sur la bonne volonté des plateformes, mais il est selon elle dans leur intérêt de susciter la « confiance des utilisateurs ». La pandémie a déjà conduit l'UE à demander aux plateformes de mettre en avant les informations des autorités de santé comme l'OMS, et de retirer les publicités pour de faux médicaments notamment. Google a bloqué ou retiré plus de 80 millions de publicités liées au coronavirus, a rappelé Vera Jourova, qui s'était aussi félicitée en avril des initiatives annoncées par Facebook et Twitter pour tenter de freiner la contagion d’infox. En 2018, ces géants du net se sont engagés, dans le cadre d'un « code de bonnes pratiques » lancé par l'exécutif européen, à agir contre la diffusion de fausses informations. Un code que doit rejoindre prochainement le réseau social TikTok, dont la popularité a explosé avec le confinement, a annoncé Vera Jourova.

Le dirigeant de Google Europe, Matt Brittin, a réaffirmé l'attachement du géant américain à ce code et à « travailler ensemble pour trouver de nouveaux moyens créatifs pour continuer la lutte contre la désinformation ». Une porte-parole de Facebook a rappelé que le réseau social travaillait désormais avec des équipes de fact-checkers dans 27 pays d'Europe. Elle a souligné que depuis avril des avertissements avaient été mis en place sur quelque 50 millions de contenus, des centaines de milliers d'autres supprimés et plus de deux milliards d'utilisateurs dirigés vers des informations des autorités de santé. La commissaire tchèque a salué l'attitude de Twitter, en conflit ouvert avec le président américain, grand utilisateur du réseau social. Twitter a mis des avertissements « vérifiez les faits » sur plusieurs messages de Donald Trump et masqué un autre sur les affrontements de Minneapolis pour signaler une « apologie de la violence ». Une attitude distincte de celle de Facebook qui a décidé de ne pas signaler ou censurer de quelque manière que ce soit les messages du président américain.

Dans son rapport, l'UE accuse notamment la Russie et la Chine, d'avoir à l'occasion de la pandémie, mené des campagnes de désinformation dans l'UE et le monde entier. « La pandémie nous a montré que la désinformation ne fait pas seulement du mal à nos démocraties, cela nuit aussi à la santé de nos citoyens », a commenté Vera Jourova. « Nous n'avons pas le pouvoir de la stopper, nous avons celui de donner aux citoyens une alternative, une vérification, pour comparer ce qui est dit avec la réalité », a déclaré Josep Borrell. Dans la lutte contre la désinformation, la Commission entend promouvoir les activités de recherche et de « fact-checking » (vérification des faits), notamment à travers le nouvel Observatoire européen des médias numériques. Cet observatoire, opérationnel depuis le début du mois, est dirigé par l'Institut européen universitaire de Florence (Italie) et regroupe le Centre de technologie d'Athènes, l'université d'Aarhus (Danemark) et l’organisation de fact-checking italienne Pagella Politica. La Commission va lancer dans le mois « un appel d'offres de 9 millions d'euros pour des centres de recherche dans différents Etats membres », afin de susciter une « émulation dans la liberté de parole », a déclaré Vera Jourova.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par