Espagne : des médias s’attaquent à Meta pour « concurrence déloyale »

justice

Plus de 80 médias espagnols ont porté plainte lundi contre Meta, maison-mère de Facebook et Instagram, qu'ils accusent de ne pas avoir respecté la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles, selon l'association qui les représente.

Ces médias, réunis au sein de l'Association des médias d'information (AMI), principale organisation professionnelle de médias en Espagne, réclament dans cette plainte 550 millions d'euros au groupe américain pour "concurrence déloyale", précise l'AMI dans un communiqué. Ils l'accusent d'avoir enfreint de façon "systématique et massive" entre le 25 mai 2018 et le 31 juillet 2023 la "législation européenne en matière de protection des données", qui exige le consentement des internautes à l'utilisation de leurs données à des fins de profilage publicitaire.

Une pratique qui "aurait permis au groupe américain de proposer (...) la vente d'espaces publicitaires sur la base d'un avantage concurrentiel obtenu de façon illégitime", au détriment des médias traditionnels, qui ont eux respecté cette réglementation, assure l'AMI. Meta "a construit sa position dominante sur le marché publicitaire en bafouant la réglementation", ce qui a causé "un préjudice évident aux médias espagnols au point de mettre en péril leur viabilité", estime ainsi le président de l'AMI, José Joly, cité dans le communiqué.

Parmi les groupes de médias représentés par cette association figurent Prisa, propriétaire du quotidien El Pais et du journal sportif AS, mais aussi Godo (La Vanguardia, Mundo deportivo...) et Vocento, qui publie le quotidien conservateur ABC. Cette plainte survient alors que le groupe américain a lancé début novembre en Europe un nouveau système permettant de ne plus voir de publicités personnalisées en échange d'un abonnement, ou bien de "continuer à utiliser gratuitement" ses services en consentant à livrer ses données personnelles. Ce nouveau modèle est visé par plusieurs plaintes en Autriche et à Bruxelles, et a fait l'objet d'un signalement en France auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

À lire aussi

Filtrer par