Gilles Pélisson (TF1) suggère une ''taxe GAFA'' pour financer l’audiovisuel public

Gilles Pélisson, le président du groupe TF1, n’aurait vraiment rien contre le fait de voir France Télévisions évoluer vers un modèle de financement exclusivement public. Il a ainsi suggéré mardi lors d’un petit déjeuner de l’Association des journalistes medias (AJM) qu'une future taxe sur GAFA profite à l'audiovisuel public. "Je préférerais aller vers un système beaucoup plus sain, vers un modèle anglais comme celui de la BBC totalement financé par le public", a expliqué le dirigeant. "Je préfèrerais avoir une taxation sur les Gafa qui puisse compenser une éventuelle suppression des 300 millions d'euros de publicité" que dégage la régie publicitaire de France Télévisions, a-t-il poursuivi.  Interrogé sur la possibilité d'un retour de la publicité après 20h00 qui pourrait compenser une baisse prévue l'an prochain du budget de l'audiovisuel public, le responsable a dénoncé cette éventualité.  Il a appelé au contraire à une évolution radicale du modèle de financement du service public, aujourd'hui abondé par la redevance et les recettes publicitaires. Avec "un budget de 2,8 milliards d'euros pour six chaînes", l'audiovisuel public n'a "pas un problème de moyens, c'est plus que tous les opérateurs privés", a expliqué M. Pélisson. "La problématique est comment on arrive à taxer les Gafa et les plateformes" et "il y a quelques espoirs d'un alignement d'un certain nombre d'acteurs au niveau européen, la France pousse dans cette dynamique en disant qu'une taxation sur le chiffre d'affaires serait tout à fait légitime". "On a ces plateformes qui sont extrêmement présentes, qui captent une grande partie des budgets publicitaires, et qui pourraient financer un certain nombre de choses. S'il y a un impôt on peut très bien imaginer que cet impôt revienne de facto à notre service public", a détaillé Gilles Pélisson. Une initiative pilotée par la France et soutenue par trois autres grands pays européens, Allemagne, Italie, Espagne, vise à élaborer une nouvelle taxe appliquée sur le chiffre d'affaires généré dans chaque pays européen par les géants du net, comme Google, Apple, Facebook et Amazon (Gafa), afin de contrer l'optimisation fiscale pratiquée à grande échelle par ces acteurs.

Les JO 2024 ? Pas un n’importe quel prix

Par ailleurs interrogé sur l’obtention par Paris des JO de 2024 et des droits TV inhérents, le président du groupe TF1 a indiqué que « l’on sera intéressé, évidemment » et annonce avoir fait part au groupe Discovery, propriétaire des droits TV, de cet intérêt. « Nous voudrions aller au-delà de la cérémonie d’ouverture et de clôture avec notamment des sports collectifs ». Mais, assure-t-il, ce ne sera pas à n’importe quel prix, « nous avons des limites économiques » pour un événement qui se « déroulera en août », traditionnellement peu propice aux forts investissements publicitaires. De même, concernant les droits TV pour les matches de qualification à partir de septembre 2018 de l'équipe de France de football à l'Euro 2020, la Coupe du monde 2022 et la nouvelle Ligue des Nations en 2018, le patron de TF1 a souligné qu’un « partage » de ces droits avec M6 était sur les bons rails, mais qu’il fallait encore attendre « la finalisation des contrats avec l’UEFA ». De même, TF1 sera-t-elle de retour pour la programmation de la Champions League et/ou de sa finale sur son antenne ? Sans fermer la porte, Gilles Pélisson souligne tout de même que ce ne sera pas à « n’importe quel prix », rappelant que « c’est 3 millions d’euros le match ».

Le président du groupe TF1 a également confirmé la réflexion entourant le changement de dénominations pour ses chaines HD1 et NT1 « pas très signifiantes » avec la volonté qu’elles soient  « plus en adéquation avec notre groupe ». Enfin, Gilles Pélisson a adressé un satisfecit à l’équipe de l’émission Quotidien diffusée sur TMC. « C’est une équipe autonome et indépendante, c’était le deal », souligne-t-il. Avec eux, « le prix du GRP a décollé. L'émission a amené de nouveaux annonceurs sur TMC : Air France, Givenchy… ».

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par