Groupe M6 : un CA 2022 en baisse, mais un nouveau directoire pour 3 ans

Nicolas de Tavernost

Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6

M6 a vu son bénéfice net fondre de 42,5% en 2022, à 161,5 millions d'euros, plombé notamment par la disparition prochaine de la plateforme Salto et par des recettes publicitaires en baisse, selon ses résultats annuels publiés lundi.

Le groupe audiovisuel a été contraint de provisionner la liquidation de Salto, qu'il détient à parts égales avec France Télévisions et TF1, et dont la disparition est attendue depuis l'abandon fin septembre du mariage entre les deux groupes privés. La plateforme aura coûté en 2022 plus de 46 millions d'euros à la chaîne, selon un communiqué. M6 explique également avoir investi dans plusieurs activités de diversification, dont sa filiale technologique Bedrock, encore non rentable, ou le groupe allemand de marketing Global Savings Group, dont il détient 42%. Enfin, le groupe subi un effet de base défavorable après la revalorisation en 2021 du réseau d'agences immobilières de l'animateur "maison" Stéphane Plaza. Côté recettes, le chiffre d'affaires du groupe a diminué de 2,4%, à 1,4 milliard d'euros, et les recettes publicitaires TV ont fléchi de 5,1%, à 925 millions d'euros.   "Le marché publicitaire TV a été pénalisé en 2022 par la dégradation de l'environnement économique", explique M6. Au quatrième trimestre, le plus important de l'année dans ce marché, M6 a également pâti de la diffusion du parcours de l'équipe de France lors de la Coupe du monde par son concurrent TF1. "On a su réagir et bénéficier de notre agilité sur les coûts et de synergies avec les activités de diversification", a commenté auprès de l'AFP Guillaume Couturié, responsable des relations avec les investisseurs.

Une revue stratégique détaillée avant la fin du 1er semestre

Hors aides publiques, la marge opérationnelle (Ebita) du groupe a progressé de 2,4% - un plus haut historique -, et son taux de marge atteint 24,6%. Selon son communiqué, M6 va proposer à ses actionnaires le versement d'un dividende inchangé de 1 euro par action au titre de l'exercice 2022. Pour se relancer et se défendre face à l'homme d'affaires Xavier Niel, qui a postulé pour la fréquence TNT de M6, le groupe "finalise un projet stratégique" lié au streaming financé par la publicité et a lancé une "revue stratégique" qui sera "détaillée avant la fin du premier semestre". Mais ce mouvement doit selon lui s'accompagner d'une renégociation des
accords de distribution avec les opérateurs, afin que la chaîne puisse exploiter elle-même ses applications sur les box et les données publicitaires afférentes. Le groupe défendra dès mercredi devant l'Arcom, le régulateur des médias, la fréquence TNT de sa chaîne principale, indispensable pour garder "un contact direct avec le téléspectateur", face à l'homme d'affaires Xavier Niel, patron de Free, qui s'est porté candidat. Enfin, Rodolphe Saadé, PDG de l'armateur marseillais CMA-CGM et déjà propriétaire de La Provence, a été coopté au conseil de surveillance de M6, après s'être invité à son capital fin 2022.

Trois nouveaux membres pour le directoire

Par ailleurs, le groupe M6 a annoncé la volonté de son conseil de surveillance de nommer un nouveau collège du directoire, le mandat du collège actuel arrivant à échéance ce jour. Dans ce cadre, ce nouveau collège, nommé pour une durée de trois ans, sera présidé par Nicolas de Tavernost, en qui la confiance du conseil est « renouvelée », selon un communiqué. Dans les faits, il sera également composé de : Karine Blouët, membre chargée des affaires publiques ; Guillaume Charles, membre chargé des antennes et des contenus ; Henri de Fontaines, membre chargé de la stratégie, de la transformation et du développement ; David Larramendy, membre chargé des activités commerciales. Le groupe M6 entend ainsi mettre « en avant une nouvelle génération de dirigeants, dont la vision sera importante pour porter la transformation digitale du Groupe », poursuit-il. Dans les faits, ce nouveau directoire pourra « s’appuyer sur la compétence et l’expérience des membres du précédent collège, en qui le conseil de surveillance renouvelle sa confiance et qui resteront directement rattachés au président du directoire.

Sont ainsi concernés : Thomas Valentin, depuis 36 ans au sein du groupe M6 en tant que directeur général des Antennes et Contenus, qui devient conseiller de M. de Tavernost pour les contenus linéaires et non-linéaires ; Jérôme Lefébure est quant à lui nommé directeur général Finance et supports ; et Régis Ravanas qui continuera de diriger les antennes radios (RTL, RTL2 et Fun Radio), les activités musicales et spectacles. Il aura également pour mission de continuer à développer l’audio digital.

À lire aussi

Filtrer par