Le média québécois Urbania se lance en France

urbania

Le groupe média québécois indépendant Urbania se lance officiellement en France ce mardi, « pour apporter son point de vue unique sur notre société et rendre l’ordinaire extraordinaire ». Que vient chercher ce nouveau média dans l’écosystème français ? CB News s’est entretenu avec Florent Peiffer, directeur général d’Urbania France.

Urbania, en quelques mots ?

Urbania c’est un media qui s’adresse à des jeunes adultes, curieux et ouverts d’esprits, qui souhaitent avoir un autre regard sur notre société. Nous plaçons l’humain au cœur de notre offre éditoriale : c’est l’individu qui nous intéresse, dans sa complexité. Nous avons pour ambition de briser les tabous et de donner la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas. Nous voulons faire rire, réfléchir, rougir et rendre l’ordinaire extra-ordinaire. Cette ligne éditoriale se décline à travers des enquêtes, des témoignages, des formats vidéos incarnés et des articles écrits à la première personne. Enfin Urbania ne produit pas d’informations « standardisées ». Chaque nouvel article, chaque nouvelle vidéo est une aventure. Nous voulons garder à tout prix cette créativité et cette sensibilité qui font d’Urbania un media à part.

Qu’apportera la patte québécoise ?

La patte québécoise, c’est d’abord une histoire. Nous ne partons pas de rien. Urbania a 17 ans d’existence et nous allons nous appuyer sur cette expérience et cet ADN pour diffuser des contenus de qualité. C’est notamment vrai pour la stratégie de distribution. Nos équipes au Québec ont développé une expertise très fine dont nous allons profiter en France. Plus généralement, le Québec est en avance sur de nombreux sujets de société (les questions de genre, de féminisme et d’identité) : c’est évidemment une source d’inspiration importante pour nos équipes en France.

Pourquoi s’implanter en France ?

L’aventure Urbania a commencé dans un garage avec une bande de potes. C’était en 2003. Aujourd’hui Urbania est un média incontournable pour les 25-44 ans, sur tous les supports, avec un modèle économique qui a fait ses preuves. La suite logique c’était d’aller chercher de nouvelles audiences. Et plutôt que de se tourner vers le monde anglo-saxon, la France s’est imposée assez naturellement, en raison des liens culturels qui unissent le Québec et l’hexagone.

Tous les supports - web, vidéo, digital - sont privilégiés ?

Urbania est un média multiplateforme. Nous allons rejoindre notre cible où elle se trouve : sur notre site web urbania.fr et sur les réseaux sociaux. Nous allons raconter nos histoires dans tous les formats : écrit, vidéo, audio. À travers Urbania Production nous pensons et créons également des séries documentaires et des émissions pour la télévision. Nous sommes donc présents sur tous les fronts.

Allez-vous continuer cette double activité ?

Oui c’est vraiment le cœur de notre business model : le contenu de marque et la production audiovisuelle. Nous savons parler à cette cible (25-44 ans) et raconter des histoires qui les touchent. Certains médias ont besoin de cette expertise éditoriale que nous allons continuer de décliner sous forme de documentaires, d’émissions ou de fictions. 

Vous annoncez une édition papier prochainement ?

C’est un projet en cours de réflexion. Urbania a construit sa notoriété avec une édition papier au Québec avant d’être un media web : c’est dans notre ADN. Donc pour l’instant nous « prenons la température » et nous avançons sur la version digitale. Et nous verrons si nous lançons l’édition papier dans quelques mois. 

Quelles audiences avez-vous déjà enregistré en France ?

Nous avons été surpris par les chiffres d’audience sur le site urbania.fr et les réseaux sociaux. Avant même le lancement nous avons déjà rassemblé une communauté importante qui augmente chaque semaine un peu plus (150 000 pages vues par mois et près de 20 000 abonnés sur nos réseaux sociaux). Nous y voyons un bon signe pour la suite...

Quelles offres publicitaires pour de potentiels annonceurs sur Urbania France ?

Nous allons offrir aux annonceurs ce que nous savons faire de mieux : raconter des histoires. Toujours guidés par notre quête de contenu authentique et par cette volonté d’aller provoquer des émotions, nous souhaitons aider les marques à raconter leurs histoires et rassembler le monde autour d’elles. Nous leur offrons donc nos services en branded content tout en leur donnant un accès privilégié à notre audience. Cela fait des années que nous collaborons avec des annonceurs au Canada afin qu'ils rejoignent un public qui a envie que l’on s’adresse à lui de manière intelligente et éclairée. On souhaite appliquer la même méthode en France.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par