Le média social Ouais! se renouvelle

ouais!

Le média social Ouais!, qui revendique près d'un million d'abonnés, a présenté sa nouvelle version 100% vidéo, qui s'accompagne d'une nouvelle stratégie de développement. Le média a réorganisé et supprimé plus de mille contenus publiés depuis son apparition en 2019. En plus de la réorganisation des profils Ouais! , le média a décidé de supprimer l'une de ses catégories emblématiques : le divertissement. Une partie de l'actualité habituellement traitée dans cette catégorie, notamment le cinéma, fera l'objet d'une nouvelle rubrique déjà dévoilée : la culture.

"La ligne éditoriale a complètement été repensée. Je pense que les internautes vont - dans l’avenir - peu à peu avoir tendance à délaisser les contenus divertissants pour s’orienter vers les contenus d’information qui ont du sens et qui sont fiables. La catégorie « divertissement » qui était mis en avant depuis le lancement du média a été supprimée pour laisser place à la « culture » et ainsi rejoindre les autres rubriques : Actualités, Santé et Environnement, Économie, Sport et Technologie", a déclaré Dorian Belr, responsable du média et de la ligne éditoriale.

En parallèle, le média a renouvelé son site internet dans le but d'offrir une meilleure expérience pour consommer du contenu vidéo. "Nous ne voulons plus dépendre à 100% de plateformes sociales. C'est pourquoi nous allons encourager notre communauté à prendre l'habitude de regarder directement le contenu sur notre site web ouais.media. Toutes les vidéos sont et seront hébergées par Dailymotion, une plateforme française avec qui nous avons un partenariat d’éditeur depuis plus d’un an", a indiqué le média.

Enfin, Ouais! lance sa marque au niveau international avec sa traduction en anglais : Yeah!, ainsi que la nomination d'un responsable des contenus basée à New York. La nouvelle entité est déjà présente sur TikTok et Pinterest, et prévoit son déploiement sur les autres médias sociaux prochainement selon les résultats obtenus durant les mois à venir. "Ce n'est plus un secret pour aucun éditeur, les vidéos publiées sur les réseaux sociaux sont majoritairement vues sans le son et uniquement avec les sous-titres. Les vidéos éditées à Paris pourront très bien être utilisées pour le marché américain, mais avec des sous-titres dans la langue adaptée", a expliqué Dorian Belr.

À lire aussi

Filtrer par