Mediapart : 2 nouvelles codirectrices en octobre, Edwy Plenel prépare son départ en 2024

mediapart

Lénaïg Bredoux et Valentine Oberti

(© Sébastien Calvet-Mediapart)

Mediapart a annoncé jeudi du changement au sein de son management. En effet, le 1er octobre prochain, Lénaïg Bredoux et Valentine Oberti succéderont officiellement à Carine Fouteau et Stéphane Alliès en tant que codirectrices éditoriales du pure player d’informations. En effet, dans le cadre des statuts de ce dernier, les deux codirigeantes ont été élues le 28 juin avec un taux de participation de 91%, le « oui » ayant recueilli 88,5% des suffrages, le « non » 3,8% et le vote blanc 7,7%. Mediapart poursuit ainsi sa réorganisation déjà entamée en mars dernier avec la nomination de Cécile Sourd en tant que directrice générale en lieu et place de la cofondatrice historique du titre Marie-Hélène Smiéjan. Comme annoncé là aussi en mars dernier, le président de la société et directeur de la publication de Mediapart Edwy Plenel confirme son intention de quitter ses fonctions. Dans les faits, il indique dans un éditorial disponible sur le site, qu’il organisera avec Mme Fouteau, « en concertation avec Fabrice Arfi et Cécile Sourd, qui sont tous trois membres de notre conseil d’administration, ma succession », écrit-il. Pour lui succéder, le journaliste « dernier cofondateur encore présent dans l’entreprise » entend veiller « à ce que la solution retenue ait la force de l’évidence avant qu’intervienne, en 2024, le vote du conseil d’administration où siègent un administrateur représentant les salariés ainsi que des administrateurs indépendants désignés par la Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM) ».

Une feuille de route à 5 ans

Dans la foulée, Mediapart indique avoir travaillé à l’élaboration d’une feuille de route pour les cinq prochaines années. Le volet rédactionnel de ce « plan stratégique », prévoit pour sa part un renforcement des procédures internes d’édition par la création d’une équipe dédiée et dont Stéphane Alliès sera le coordinateur. « Son rôle sera de mieux veiller à la qualité et à l’accessibilité de nos contenus, en somme à l’impact et à l’attrait d’un journal destiné à tous les publics, en ligne sept jours sur sept, soucieux à la fois de révéler ce que les pouvoirs cachent, de donner des clés de compréhension de l’époque et de se faire l’écho des bouillonnements de la société », souligne Mediapart.

Lénaïg Bredoux a successivement travaillé au service social de L’Humanité (2005-2007) et au service économique de l’Agence France-Presse (2007-2010) avant de rejoindre Mediapart en 2010 pour travailler sur les gauches, puis être chargée de l’Élysée au début du quinquennat Hollande, de 2012 à 2017. Elle assume par ailleurs un temps la double casquette de responsable du service politique de Mediapart et de chargée des violences sexistes et sexuelles, avant de créer, à partir de 2020, le poste de responsable éditoriale aux questions de genre, coordonnant ainsi les enquêtes du pure player d’infos sur ces sujets tout en assumant un rôle de référente et de vigie en interne.

Valentine Oberti a commencé à travailler pour la radio avec un prisme international, en commençant par le Maroc, puis en étant pigiste durant trois ans pour Radio France Internationale (RFI), Radio France, BFM Business, RMC, ainsi que France 24. En 2011, elle rejoint une première fois Mediapart, en renfort pour la couverture du centre et de la droite durant la campagne présidentielle de 2012. Elle collabore ensuite avec l’agence Premières Lignes qui produit « Cash Investigation », puis à l’émission « Le Supplément » de Canal+ et, enfin, à « Quotidien » où elle est reporter jusqu’en 2019. Revenue à Mediapart en 2020, elle y codirige le pôle vidéo, dont la production d’émissions, régulières ou spéciales.

À lire aussi

Filtrer par