Mondadori France-Reworld Media : rachat retardé?

Mondadori

D’un côté, un acheteur qui doit commencer à trouver le temps (bien) long. De l'autre, un vendeur qui n'aurait pas fait tout ce qu’il fallait... C'est un coup théâtre qui s'est joué jeudi au tribunal de grande instance de Nanterre. La vente de la filiale française du groupe italien Mondadori, numéro 3 de la presse magazine dans l’Hexagone, à Reworld Media semblait pourtant entrer dans les derniers hectomètres d'une transaction entamée en septembre 2018. La justice en a décidé autrement, saisie par le Comité social économique (CSE) de Mondadori France, ce qui pourrait « retarder cette vente de quelques mois », selon un communiqué de son intersyndicale. Dans la décision rendue, le Tribunal a en effet « reconnu les lacunes de l’information des instances représentatives du personnel sur le projet de vente, ainsi empêchées de remplir leurs prérogatives », poursuit-elle. Et a enjoint la filiale du groupe italien à « ouvrir une information-consultation sur les orientations stratégiques sous 8 jours », sous peine d'astreinte de 50 000 euros par jour de retard. Une information-consultation doit se faire « avant toute remise valable d'un avis sur le projet de cession et toute saisine régulière de l'autorité de la concurrence », rappelle-t-il.

Selon l’intersyndicale, entre l'annonce de la volonté de vendre, en septembre dernier, et l'option de vente le 18 février 2019, Mondadori France « aurait dû ouvrir (cette) information-consultation sur les orientations stratégiques, en raison de l'ampleur du projet et du changement significatif de stratégie ». Une absence qui « oblige » aujourd’hui le groupe de presse « à reprendre la procédure » afin que les représentants puissent « recueillir des informations et (…) faire des propositions alternatives (…) peser toutes les conséquences du changement de stratégie, pour les salariés notamment ». Dès lors, une nouvelle information-consultation sur le projet de vente et une saisine régulière de l'autorité de la concurrence « suivraient... sauf évolution des projets des parties ». Contactée par CB news, la direction de Reworld Media n'a pas souhaité commenter la décision du Tribunal.

Les termes de l’accord entre Mondadori et Reworld Media valorisait Mondadori France à hauteur de 70 millions €, auxquels s'ajouterait un gain éventuel de 5 millions d'euros, en fonction des performances opérationnelles futures de Reworld Media en 2020. 85,7% --soit 60 millions d'euros—devaient être payés en cash, et les 14,3% restants --soit 10 millions d'euros-- via l'émission de nouvelles actions Reworld, qui seraient souscrites par Mondadori, soit 8 à 10% du capital. Mondadori en France édite notamment Auto Plus, Pleine Vie, Top Santé, Biba, Grazia, Closer, Télé Star, Le Chasseur Français ou encore Science et Vie, tandis que Reworld compte notamment parmi ses titres marie france, Be, Le Journal de la Maison, Maison&Travaux, Gourmand, Auto Moto et Télé Magazine.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par