Les propositions du SPIIL pour le pluralisme de l’info en région

spiil

Le Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (SPIIL), qui réunit 142 éditeurs indépendants représentant 153 titres de presse, a publié mercredi une série de propositions pour le rétablissement du pluralisme de l’information en région. En ligne de mire, « un contexte de quasi-monopole de quelques titres de presse quotidienne régionale et de montée en puissance de la presse territoriale », pointe le Syndicat qui veut ainsi « alerter » les pouvoirs publics. Parmi les propositions, le SPIIL appelle de ses vœux la remise à plat des aides à la presse locale « en mettant fin aux discriminations entres supports ». Il plaide ainsi pour la fin de l’obligation pour les entreprises de publier dans la presse imprimée les  annonces légales et l’encadrement des « abus de la communication institutionnelle ». Le SPIIL veut par ailleurs la fin de la « discrimination entre supports ». Pour lui, il est « urgent » d’inscrire la neutralité des supports comme principe premier des aides à la presse, relevant que les aides indirectes sont aujourd’hui « structurellement réservées à 54% à la presse papier ». Le Syndicat réclame également que les aides directes soient conditionnées à la mise en place de projets précis liés à l’innovation afin qu’elles ne puissent « prendre en charge le budget de fonctionnement quotidien du titre ». De même, il faudra « clarifier » le Fonds de soutien aux médias de proximité qui a concerné 108 médias en 2016 qui se sont ainsi partagés 1,5 million €. Le SPIIL constate ici que pour la première fois, l’État conditionne une aide à une certaine ligne éditoriale (un rôle d’insertion, de lutte contre les  discriminations, de contribution au développement local, de protection de l’environnement…) alors que « le principe de l’absence total d’un regard de l’État sur les contenus prévaut pour toutes les aides à la presse », souligne-t-il. « Le remettre en cause, même avec les meilleures intentions du monde, crée un dangereux précédent », insiste-t-il. Parallèlement, le Fonds de soutien aux médias de proximité conditionne ses aides à des activités annexes à celles d’un média, « qui exigent des ressources spécifiques et supplémentaires à celles exigées pour produire de l’information ». « Ces projets pourraient faire l’objet d’appels à projets spécifiques, avec leur propre cahier des charges », propose le SPIIL. L’intégralité du texte est disponible ici.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par