Radio France : de nouvelles grilles dans un cadre contraint

Pour sa troisième rentrée à la tête de Radio France, Mathieu Gallet s’est félicité mercredi que son groupe ait pour « la première fois dépassé les 24% de part d’audience ».  Mais il ne s’est pas caché non plus que les nouvelles grilles de programmes des stations du groupe qui étaient présentées se sont faites à l’aune d’un cran de ceinture en moins. En ligne de mire, l’objectif pour Radio France d’un retour à l'équilibre en 2018. L’occasion de remercier tous les directeurs des radios qui "ont réussi à renouveler la grille tout en tenant compte des contraintes budgétaires", reconnaissant que "ce n'est pas évident ». Et le vaisseau amiral, France Inter, n’a pas lésiné sur les nouveautés avec 11 nouvelles émissions, annonce sa directrice Laurence Bloch. « Ce n'est plus l'heure de la révolution mais c'est l'heure du renouvellement » autour de la politique, de l'humour et de la musique, a-t-elle lancé. Nicolas Demorand obtient en plus de son émission quotidienne la présentation du débat politique dominical en cette année d'élection présidentielle. Ali Rebeihi remplace Bruno Duvic sur la tranche de 10h avec "Grand bien vous fasse !", une émission consacrée à la vie quotidienne. Entre 20 et 21h, Laure Adler revient avec un entretien culturel quotidien à la place de Kathleen Evin. Puis, l'écrivain Michka Assayas obtient un rendez-vous rock quotidien à 21h, décalant d'une heure "Le nouveau rendez-vous" de Laurent Goumarre. Dans la matinale (7h20), Hervé Pauchon part à la rencontre des Français dans « Moi, président » tandis que le maitre ès-musique Didier Varrod s’arroge la case de 21h le vendredi avec « Foule sentimentale et qu’André Manoukian déboule le samedi (17h) sur l’antenne avec « Les routes de la musique » et que Clara Dupont-Monod animera (samedi, 19h20) « L’amuse-bouche » qui se revendique « l’antipasti littéraire ».

Du côté de France Culture, "on a tout repensé ces trois derniers mois", a expliqué Sandrine Treiner, la directrice de la radio, qui a succédé l'été dernier à Olivier Poivre d'Arvor. La nouvelle grille qui se veut "limpide et précise" propose une matinale avancée à 7h et étendue au samedi.  En semaine, apparait une série de nouvelles émissions : « Les petits matins de France Culture » (6h-7h) avec Emilie Chaudet, « La méthode scientifique » (16h-17h) avec Nicolas Martin, « LSD, la série documentaire » (17h-18h) coordonnée par Perrine Kervran. Après le dernier journal, à 22h15, une personnalité majeure dans son domaine propose une discussion "libre et animée" avec l'invité de son choix:  les philosophes Régis Debray et Frédéric Worms seront à l'antenne le vendredi et le lundi. Le week-end, un magazine cinéma fait son apparition, « Plan large » (15h-16h, samedi) animé par Antoine Guillot, ainsi qu’un programme dédié à l’environnement : « De cause à effets » animé par Aurélie Luneau.

France Musique n’est pas en reste avec une nouvelle voix pour sa matinale, Saskia de Ville, entre 7h et 9h. Une matinale qui accueille également l’ex-ministre Roselyne Bachelot le vendredi. Du lundi au vendredi, place aux « Grands entretiens » (13h-13h30), « Arabesques » (14h-16h) et un programme sur le jazz « Banzzaï » (19h-20h). la station se dotera « d’ici 3 mois », annonce le directeur de la station Marc Voinchet, de 7 web radios et d’une nouvelle plateforme numérique. Côté France Bleu, une nouvelle émission quotidienne est programmée de 12 à 13h (« France Bleu Midi ») qui se veut le réceptacle de « l’actualité des fiertés régionales », explique Eric Sorek, directeur des programmes et de la musique. De 13h à 14h, aussi, arrive sur l’antenne « Une heure en France, véritable "vitrine de ses 44 stations", souligne-t-il encore, tout comme « France Bleu Soir (19h-20h).

Pour Mouv’, dont le nouveau format hip hop a été adopté seulement en février 2015, Mathieu Gallet a estimé que la radio avait désormais "le bon positionnement" et précisé qu'il laissait à la radio jeune et urbaine du groupe au moins jusqu'à fin 2017 pour faire ses preuves.  Mouv' compte notamment sur une nouvelle émission interactive, « Snap’N’Mix (lundi au vendredi, 17h-20h), qui met en avant les contributions des auditeurs sur le réseau social Snapchat pour créer de nouveaux liens avec son public. Autre nouveauté, de 23h à minuit du lundi au jeudi « Classik Mouv’ » avec T-Miss.

Enfin, franceinfo: qui se lance cette année dans la télévision en participant à la chaîne d'info publique, continue de se recentrer sur l'actualité avec un flash d'info toutes les dix minutes.  La radio accueille pour ses 30 ans l'ex-intervieweur d'Europe 1 Jean-Michel Aphatie, qui suivra chaque matin les élections présidentielle et législatives pour la radio comme pour la télévision, accompagné de Fabienne Sintès, Gilles Bornstein et Guy Birenbaum.

Une rallonge budgétaire ?

En marge de la présentation des nouvelles grilles, le président de Radio France a annoncé que la fermeture fin 2016 des grandes ondes après celle des ondes moyennes va permettre à son groupe d'économiser 13 millions d'euros. Des négociations vont en outre être ouvertes la semaine prochaine avec les deux orchestres de Radio France pour qu'ils fassent des efforts sur les coûts, a-t-il également précisé. Interrogé sur l'ouverture de Radio France à des catégories plus larges de publicité, il n'a pas voulu donner de chiffres mais a estimé qu'elle était "bienvenue", car "elle a permis d'effacer les pertes enregistrées en 2015". Le président du groupe devrait également demander une rallonge budgétaire pour financer une nouvelle tranche de travaux, pour laquelle il a "pris rendez-vous" d'ici la fin de l'année avec son actionnaire, l'Etat.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par