Réforme de la pub TV : les radios indépendantes rassurées

radio

La réduction des contraintes en matière de publicité à la télévision annoncée par le ministre de la Culture suscite des réactions divergentes parmi les secteurs sur lesquels elle aura des répercussions, les radios indépendantes se disant satisfaites du dispositif tandis que la presse écrite y est fermement opposée. Cette semaine, le ministre Franck Riester a annoncé que dans le cadre d'une vaste réforme de l'audiovisuel, le gouvernement prévoyait d'alléger la réglementation des chaînes de télévision en matière de publicité et de cinéma. Cette réforme prévoit notamment l'autorisation de la publicité segmentée et géolocalisée : cela permettra aux chaînes diffusées via les box de proposer aux annonceurs des publicités ciblées notamment en fonction de critères géographiques. Pour limiter le risque d'une chute des recettes publicitaires des radios locales et de la presse régionale, des garde-fous sont prévus : les publicités ne pourront pas mentionner les adresses des points de vente et la grande distribution ne pourra pas faire de réclame pour ses offres promotionnelles. Dans un communiqué diffusé vendredi, le Sirti (syndicat des radios indépendantes) a salué une "décision équilibrée", de nature à préserver le marché publicitaire de la radio, et se félicite que le dispositif reprenne des propositions qu'il avait élaborées avec le Syndicats des régies télé, le SNPTV. Le président du Sirti Alain Liberty voit donc dans ce projet une "ouverture de la publicité segmentée mais encadrée de manière à protéger les médias locaux". Au contraire, l'Alliance de la presse d'information générale tire à boulets rouges sur cette mesure, estimant qu'elle porte "une grave atteinte" à l'équilibre économique de ses membres. Dans un communiqué, l'Alliance, qui défend les intérêts de la presse écrite (hors magazines), y compris la presse régionale et locale, a fait part de "sa vive opposition au projet", et réclame "une véritable concertation" avec "les plus hautes autorités de l'Etat".

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par