Vivendi-Orange : rien d’autre que des discussions commerciales

vincent_bollore

Vivendi, qui négocie un partenariat entre sa filiale Canal+ et Orange, mène uniquement des discussions commerciales avec l'opérateur de télécoms, a déclaré mardi le patron du groupe, Vincent Bolloré lors de l'assemblée générale du groupe. Vivendi n'a "rien d'autre que des discussions commerciales avec Orange", a-t-il déclaré. Orange et Canal+ doivent dévoiler dans les prochaines semaines un renforcement de leur partenariat, indiquait récemment le patron de l'opérateur Stéphane Richard. Ce dernier avait alimenté les spéculations en décembre en déclarant qu'Orange s'intéresserait à Canal+ si le groupe de télévision, qui souffre en France, était à vendre. Il avait ensuite tempéré ses propos. Canal+ a vécu une année 2016 difficile, avec un chiffre d'affaires en baisse de 4,7% à 5,253 milliards d'euros à cause de ses activités de télévision payante en France et de StudioCanal. Vincent Bolloré a dit qu'il espérait voir les résultats de Canal+ en France se redresser.

Canal+ France : vers un redressement significatif ?

"Notre pari sur 2017 c'est que les résultats remontent à partir du 3ème trimestre" a-t-il dit lors de l'assemblée générale du groupe. Canal+ France, qui perdait des abonnés depuis 2012 en France, a refondu ses offres premium et avait 2,9 millions de clients à travers ses partenariats avec les opérateurs télécoms, Free et Orange, à la fin 2016. Grâce à une augmentation de la base d'abonnés attendue à la fin de l'année et un plan d'économies en cours "on devrait être sur la voie d'un redressement  significatif de Canal+ en France", a précisé Maxime Saada, directeur général du groupe Canal+. "Nous avons l'ambition de faire plus de 300 millions d'économies à horizon 2018", en passant notamment par une renégociation systématique de tous les contrats, a-t-il précisé. Ce plan avait été annoncé fin août. L'offre Canal+ "à 19,90 euros c'est vraiment pas cher", "l'offre est redevenue compétitive", a renchéri Vincent Bolloré.

Un rapprochement ''pertinent'' Vivendi-Havas

Vivendi juge par ailleurs "pertinent" un rapprochement à terme avec le groupe Havas, a indiqué Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi.  "Est-ce qu’on a une vision qui pourrait rendre un rapprochement pertinent ? La réponse est oui", a-t-il dit. Vincent Bolloré contrôle 60% du capital de Havas et détient 20,65% de Vivendi. "Nos sociétés se connaissent, ont été ensemble dans le passé", rappelait mi-mars Yannick Bolloré, patron d'Havas et fils de Vincent Bolloré, tout en précisant qu'il n'y avait pas de discussion entre les deux groupes. (avec l’AFP)

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par