Les programmes audiovisuels français s'exportent bien

Malgré la crise, les programmes audiovisuels français se sont bien exportés en 2012, avec des ventes en hausse de 14,8% à 127 millions d'euros, selon l'étude annuelle réalisée par le Centre national du cinéma (CNC) et TV France International (TVFI), rendue publique à Biarritz à l'occasion du 19ème "Rendez vous" de TVFI, marché de programmes français. Mais, avec 62,2 millions d'euros de ventes pour l'Europe occidentale (+1,5%), "on a une géographie des ventes qui se redessine de manière assez intéressante", a souligné Mathieu Béjot, délégué général de TV France International, organisme chargé de l'exportation des programmes télévisés. « En 2012, pour la première fois de l'histoire, l'Europe de l'Ouest a pesé moins de moitié des exportations. C'est du jamais vu", a-t-il expliqué. En Europe, les gros marchés du Sud se sont effondrés. L'Italie, premier débouché pour les programmes français en 2011, a accusé une baisse de 32% de ses importations à 8,2 millions d'euros, tandis qu'elles ont reculé de 50,2% en Espagne à 4 millions.

Selon l'étude, basée sur une enquête auprès des exportateurs et sur les aides accordées par le CNC, les ventes ont en revanche progressé au Royaume-Uni (+13% à 8,3 millions), qui s'intéresse à l'animation ou aux séries comme "Engrenages". Elles ont augmenté aussi dans la zone germanophone (Allemagne et Autriche), qui devient le premier territoire d'exportation, avec 12 millions d'euros (+39,3%), notamment grâce à l'animation ou la fiction. Mais c'est surtout hors d'Europe occidentale que l'évolution est la plus notable. "Le plus frappant, c'est la progression de trois zones qui arrivent maintenant quasi à égalité en deuxième position, l'Amérique du nord (+39,1%, à 16,9 millions €), l'Asie (+28,7%, à 18,4 millions €) et l'Europe centrale et orientale (+22,4%, à 16,9 millions €)", a expliqué Mathieu Béjot. Pour les seuls Etats-Unis, la hausse a été de +77% grâce à un frémissement du côté de la fiction lié à l'essor du marché de la vidéo à la demande (VOD), avec la vente de la série de Canal+ "Engrenages" à Netflix ou de "Braquo" au site de vidéo Hulu. En Amérique Latine, les ventes bondissent également, de 41,9% à 5,9 millions d'euros.

L'animation tire particulièrement bien son épingle du jeu (+24,3% à 43,9 millions d'euros). Les ventes de fiction (+14,3% à 22,8 millions) et de documentaires (+9,9% à 29,7 millions) sont également en hausse, tout comme celles de formats de fiction, jeux et divertissement (+7,9% à 21,4 millions d'euros).

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par