Les jeux online source de trafic

Selon les annonceurs interrogés au 1er semestre 2013, les opérations de jeux permettent avant tout de créer du trafic sur leur site et de collecter des contacts optin. C’est ce que révèle le nouveau baromètre semestriel sur les Jeux Marketing de La Fabrique à Jeux et à Buzz qui analyse les évolutions du secteur et les tendances des 6 derniers mois , tant du point de vue des annonceurs que des joueurs.

Pourquoi les marques utilisent-elles le levier « jeux »? 67 % des annonceurs s'appuient sur des opérations de jeux pour créer du trafic sur leur site. Une tendance qui continue à se développer rapidement puisqu'ils n'étaient que 40% au 1 er semestre 2012 et 61% au 2 nd semestre 2012. 67 % d'entre eux visent également la collecte de contacts optin (64% au 2 nd semestre 2012). Un objectif qui reste prioritaire pour constituer ou développer une base de contacts qualifiés qui permettra de diffuser des communications personnalisées et ciblées. 50 % se fixent des objectifs de branding ou de notoriété pour accroître la visibilité de leur marque, produit ou service, notamment en période de lancement commercial.

Depuis 2 ans, l'attrait des opérations de jeux dans un objectif de branding tend à décliner : 61% des annonceurs faisaient appel aux jeux marketing pour augmenter leur notoriété au 1er semestre 2012, seulement 54% au 2nd semestre 2012. Les annonceurs sont désormais 47% à utiliser une application Facebook pour organiser une opération de jeu x et recruter des fans . Ils n'étaient que 28% début 2012, soit une hausse de 68 %. Pour 42% des annonceurs, les jeux permettent aussi d' affiner la connaissance clients , une hausse significative de 28 points par rapport au 2nd semestre 2012. Ils ne sont plus que 25 % à s'appuyer sur les jeux marketing pour animer leur site web (vs 29 % au 2 nd semestre 2012) . En revanche, 25 % des annonceurs intègrent systématiquement le jeu à une application Facebook ludique pour animer leur communauté. Un chiffre en hausse de 7 points par rapport au 2nd semestre 2012.

Deux nouvelles tendances gagnent du terrain : les serious games et la fidélisation

Les serious games font leur entrée dans le Baromètre au cours de ce 1 er semestre 2013. Destinés aux candidats potentiels ou à leurs équipes en interne, les annonceurs organisent des campagnes de serious games afin d'optimiser leurs recrutements, dans des objectifs de formation ou encore de motivation. Ces jeux ont déjà conquis 8% des annonceurs en très peu de temps. Il s'agit là d'un véritable début de tendance, à suivre de près. 17% des annonceurs intègrent aussi une campagne de jeux dans leur programme de fidélisation pour valoriser leur offre et créer du lien avec leurs publics. Pour concevoir leurs campagnes, l es annonceurs plébiscitent de plus en plus les opérations multicanal et multi- supports . Seuls 41% des jeux sont désormais lancés uniquement sur le web (59% au 2nd semestre 2012). Dans ce cas, ils prennent la forme d'un mini-site web sans compatibilité mobile ou d'un jeu monocanal sur Facebook. A l'inverse, ce sont donc 59% des opérations de jeux qui incluent 2 canaux ou plus (41% au 2nd semestre 2012), parmi le web, Facebook, le mobile, la tablette et les points de vente. « La généralisation des campagnes multicanal implique de concevoir dès le départ des mécaniques de jeux, des gameplay et des graphismes accessibles depuis un mobile ou une tablette (quel que soit le système d'exploitation : iOS, Androïd, Windows...) . Cela nécessite par exemple de développer des jeux sans flash, un gameplay qui utilise la fonctionnalité tactile, ou encore un graphisme adapté aux différentes tailles d'écran », décrypte pour nous Yohan Stern, directeur général de La Fabrique à Jeux et à Buzz.

La viralité de Facebook

Ce n’est pas un secret, les annonceurs sont toujours plus nombreux à développer des applications Facebook dont la viralité est bien plus élevée que pour des jeux web classiques : un inscrit sur un jeu Facebook envoie 4,4 invitations à ses amis via les modules de partages intégrés , tandis que le taux de partage est de 0,4 pour un jeu classique . De même, le s inscrits qui partagent la mention « J 'ai joué à tel jeu » est en forte hausse : 43% pour le 2nd semestre 2013 (vs 31% au 2nd semestre 2012). Les annonceurs sont 58% à avoir mené au moins deux opérations de jeux au cours de l'année écoulée (55% au 2 nd semestre 2012). Les femmes y représentent toujours la majorité des participants : 58 %.  De même, la tendance se confirme quant aux tranches d'âge des joueurs. Les plus engagés sont l es 26-55 ans, qui sont de plus en plus surreprésentés : ils constituent 68% de l'ensemble des joueurs (64% au second semestre 2012), mais seulement 39% de la population française. La répartition géographique des joueurs est conforme à celle de la population française, avec 1 8 % de joueurs issus d' Ile-de- France et 82 % situés en région .

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par