Jacques Denain et Philippe Pioli-Lesesvre (The Good Company) "Guidés par une cause qui nous dépasse individuellement, on peut déployer une énergie incroyable"

Philippe Lesesvre et Jacques Denain - The Good Company

Nous confinons ensemble depuis le 17 mars. CB News continue d'informer, avec constance, tous les jours avec des interviews de professionnels du secteur. Aujourd'hui, celle de deux directeurs de création : Jacques Denain et Philippe Pioli-Lesesvre de l'agence The Good Company.

1) COMMENT Y ARRIVEZ-VOUS ? OU PAS ? A TRAVAILLER, À INSPIRER, À CRÉER ?

Aujourd'hui, on est obligés de “think inside the box”. Le confinement c'est cette ligne de brief supplémentaire qui doit nous inspirer. Comme tout le monde nous maintenons le contact par Visio. Ce n'est pas idéal mais il y a l'indéniable avantage de pouvoir exercer son métier en slip et on apprend aussi beaucoup sur les uns et les autres. On connaît maintenant tous les enfants de nos collègues et on sait lesquels crient le plus fort.

2) AVEZ-VOUS "TROUVÉ" DE NOUVELLES SOURCES D'INSPIRATIONS ?

Certainement. Les corps sont confinés, mais pas les esprits. Depuis chez eux les gens peuvent être très créatifs. On remarque également beaucoup d'actions solidaires. Guidés par une cause qui nous dépasse individuellement, on peut déployer une énergie incroyable. Et finalement on ne peut que se réjouir de voir un grand nombre de marques prendre leurs responsabilités en ayant compris qu’elles ont un impact dans la vie de leurs consommateurs et un rôle à jouer au-delà de leur activité purement économique. C'est quelque chose que nous retiendrons tout particulièrement.

3) QU'EST-CE QUI VOUS MANQUE LE PLUS DANS LA PRATIQUE (LIBRE) DE VOTRE MÉTIER ?

Les gens bien sûr. Ceux qui parlent trop fort pendant leur call, ceux qui ne mettent pas de casque pour écouter leur musique, ceux qui réservent la salle de réunion pour un oui ou pour un non, Julien Quidor, notre directeur commercial, qui vient nous taper dans les côtes dès le matin, ceux qui mâchent leur chewing gum la bouche ouverte, ceux qui arrivent en retard aux points, ceux qui ne remettent pas du papier dans l'imprimante, ceux qui remettent des yaourts entamés dans le frigo pour ne plus jamais y toucher, et même ceux qui disent "ASAP".... Bref, tout est pardonné, vous nous manquez.

4) L'IMAGINAIRE EST LIBRE LUI : OÙ VA LE VÔTRE SI VOUS DEVIEZ CRÉER UNE CAMPAGNE POUR UNE MARQUE IMAGINAIRE ?

On ferait une campagne pour Le Changement. C'est un client difficile Le Changement. Il ne sait pas encore où il veut aller, il n'a pas vraiment besoin d'agence, ni de plan média mais hors de question de baisser les bras, nous croyons qu'il a beaucoup de qualités et qu'avec les bonnes idées on peut convaincre beaucoup de gens de l’adopter. Au fond nous n'avons même pas à imaginer Le Changement™, parce qu'il est déjà là, il faut simplement l'accompagner dans le bon sens.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par