Néobanques : cette créativité qui fait la différence

Neo bank

« Fintech », « banques en ligne », « néobanque » : autant de néologismes régulièrement employés dans les médias. S'ils semblaient à l'origine désigner des nouveautés, leur omniprésence actuelle semble les ravaler – déjà ! – à de la routine… Il ne faudrait pourtant pas s'arrêter à ces apparences ! Outre les acteurs du secteur qui se copient, il existe des enseignes proposant des services inédits. C'est donc l'innovation et la créativité qui permettent de faire la différence entre les différents compétiteurs.

État des lieux d'un secteur en plein essor

Le secteur bancaire, jouant un rôle incontournable dans les économies de marché aussi bien que dans la vie quotidienne des individus, est stratégique. Impossible de faire l'impasse dessus. Partagé entre un grand nombre d'acteurs, il n'est pas toujours évident pour le consommateur de choisir le bon candidat. Ce dilemme déjà réel avec les banques traditionnelles devient plus tangible face aux banques en ligne qui paraissent se multiplier. En raison de leur virtualité même, elles encouragent le nomadisme de leurs utilisateurs, capables de passer rapidement de l'une à l'autre, à la recherche de la meilleure offre. On les comprend aisément !

Naturellement, les Français se tournent vers des néobanques issues de leur pays. Mais là encore la concurrence fait rage : on aurait peine à trouver une banque traditionnelle « physique » française qui n'ait développé sa propre solution 2.0, sans laquelle elle se condamnerait à une disparition programmée.

Si certaines enseignes bancaires de nouvelle génération ont su faire la différence, c'est en offrant tous les services dont les usagers ont besoin, avec quelques « bonus » auxquels ils n'auraient pas forcément pensé au départ (surtout s'ils sont « offerts » !). C'est ainsi que Ma French Bank, émanation digitale de La Banque postale, propose – outre les services bancaires les plus classiques – des prestations annexes appréciées du public, à l'image de la possibilité de créer une cagnotte en ligne gratuite avec Let's Cagnotte, un service sans frais ni commission.

Les services annexes les plus inattendus, mais les plus appréciés

C'est souvent un détail qui permet de faire la différence durablement. En effet, quand le socle commun est partagé par (presque) tous les compétiteurs, ce sont de petits éléments qui vont répartir les succès et les échecs.

La possibilité d'utiliser sa néobanque afin de créer une cagnotte en ligne est un petit plus parmi d'autres. Pour beaucoup, il était jusqu'à présent nécessaire de passer par une unique plateforme de création de cagnottes en ligne bien connue (que nous ne nommerons pas) pour alimenter un pot commun en vue d'offrir un cadeau à un collègue, parent, ami… Plusieurs actualités auront cependant contribué à ternir son image auprès de différentes populations, si bien que l'on ne peut que se réjouir de la pluralité qui règne désormais en la matière. L'individu en ressort gagnant, puisque cela lui permet de trouver des cagnottes en ligne extrêmement souples, gratuites et d'usage avantageux : possibilité d'annuler sans frais le recueil d'argent, pilotage de plusieurs cagnottes en parallèle, etc.

Tout seul, cet humble « bonus » pourrait sembler un peu maigre. Il est cependant toujours bon à prendre : entre deux offres d'apparence identique, le client aura tout intérêt à choisir celle qui lui proposera ce petit plus. Mais ce n'est pas tout : un service annexe gratuit peut en cacher un autre !

Notre économie digitalisée suppose la possibilité de transformer la moindre idée d'automatisation ou d'accroissement du confort en réalité digitale. Les start-up qui réussissent, parfois de manière fulgurante, ont pour la plupart exploité habilement une petite ouverture, un petit besoin identifié chez les individus connectés. Les acteurs qui deviennent des géants ont su par la suite améliorer, valoriser et démultiplier leurs prestations : ils s'imposent comme des intermédiaires incontournables.

Ainsi, quand bien même le principe d'une cagnotte en ligne facile d'accès et gratuite n'intéresserait pas tout le monde, l'offre d'autres services annexes potentiellement inattendus de la part d'une banque permettra de brasser d'attirer davantage. Il serait insensé de sous-estimer la valeur de tels gestes commerciaux.

Exemple d'une autre option utile proposée par Ma French Bank dans cet ordre d'idées : le système « We Partage » pour gérer les dépenses communes de colocataires ou d'amis se partageant une soirée, un restaurant ou un week-end… « Les bons comptes font les bons amis » !

Les perspectives proposées par le monde des néobanques

Nous avons brièvement présenté la physionomie des néobanques. Faisons-nous à présent l'avocat du diable… Ces banques en ligne et autres néobanques, de création récente, ne seraient-elles pas un mirage ? Ne pourraient-elles pas disparaître aussi rapidement qu'elles sont apparues dans le paysage bancaire, soit par manque de pertinence, soit parce qu'elles seront bientôt supplantées par quelque chose dont nous n'avons pas même l'idée ?

La réponse serait un peu normande : « peut-être bien que oui, peut-être bien que non ». Le propre du digital, c'est d'évoluer sans cesse. Dès lors, les néobanques telles que nous les connaissons aujourd'hui ne seront plus les mêmes demain. Cela ne suppose toutefois pas qu'un acteur fermement établi disparaisse : au contraire, il doit être en position d'innover pour améliorer sa position. Au moindre besoin nouveau perceptible, il faut qu'il y réponde par lunesolution. Plus encore, il convient qu'il soit capable d'aller au-devant de l'expression d'un besoin, en le créant d'une certaine façon de toutes pièces. Parallèlement, il ne faut pas avoir honte à copier ce qui fonctionne ailleurs.

Les enseignes qui ne sauront pas s'adapter rapidement risquent fort de disparaître ou d'être reléguées à des places insignifiantes par rapport aux acteurs qui donneront son rythme au marché ou prendront à chaque fois le bon train en marche.

Autrement dit, les néobanques ont de beaux jours devant elles, mais sous des formes diverses et variées. Leur visage est loin d'être figé. Leurs utilisateurs seront eux aussi les grands gagnants de cette course à l'innovation. Ils bénéficieront logiquement de davantage de services pratiques au moindre coût. Courtisés de part et d'autre, ils auront toute latitude pour se donner aux meilleurs.

Mais il faut garder les pieds sur terre : les mêmes causes produisent les mêmes effets, et donc ce qui a fonctionné par le passé est susceptible de fonctionner encore. Le summum de l'innovation consiste quelquefois à allier tradition et modernité : même dans l'accélération de l'information, l'individu très heureux d'en profiter peut avoir besoin… d'être traité comme l'être humain qu'il est et d'avoir un interlocuteur bien réel, un peu comme la quiétude de la campagne fascine l'urbain trop connecté. C'est ici qu'il reste fort avantageux d'allier passerelle digitale et agence physique, comme Ma French Bank peut le faire avec les bureaux de poste.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par