Campagnes digitales : quel impact sur les ventes en magasin ?

3W.relevanC, spécialisé dans l’exploitation et l'activation de la data transactionnelle en France, offrant au marché des solutions de connaissance consommateurs et de mesure d’efficacité des campagnes digitales sur les ventes, dévoile sa nouvelle infographie Digital Store Impact. Un document qui illustre son benchmark sur l’impact de plus de 70 campagnes digitales sur les ventes en magasin, ciblant les produits alimentaires, d’entretien ,d’hygiène et beauté.

Quelles conséquences en magasin pour une campagne digitale ?

Une campagne digitale permet de générer +9% de chiffre d’affaires incrémental en moyenne auprès des exposés, dans l’univers des produits de grande consommation. Une affirmation que tend à prouver 3W.relevanC, spécialisé dans l’exploitation et activation de la data transactionnelle en France, en dévoilant son étude, réalisée auprès de plus de 70 campagnes digitales (display et vidéo) sur les ventes en magasin, entre janvier et mars 2019. Cela, en observant la réaction de personnes exposées à la campagne passées en magasin ou à l’inverse, non exposées mais passées en boutique et en analysant leur fréquence d’achat. Ainsi, il semblerait que selon la méthodologie, 75% des campagnes digitales aient un impact sur les ventes en magasin. Qu’il y ait 9% de CA incrémental auprès des exposés et plus de 10% de gains d’acheteurs (auprès des exposés, là encore).

Des produits plus favorisés que d’autres

Selon l’étude, il semblerait que certaines familles de produits soient plus propices à générer un impact positif sur les ventes à court terme, que d’autres. Cela, auprès des exposés. C’est par exemple le cas de produits coûteux comme ceux du rayon bébé (+ 14%) et de l’épicerie sucrée (+11 à égalité avec les produits d’hygiène, de soins et de beauté.

commerce

N’arrivent qu’en 4ème place ex aequo, les produits frais et les boissons (+8%).  Enfin, les consommateurs se tournent vers l’épicerie salée (+6%) et les produits d’entretien (+4%). Autre phénomène observé : la différence de l’impact en fonction du type de foyer ciblé. En effet, les pourcentages de campagnes à impact positif sur les ventes sont élevés auprès des jeunes foyers de 35-54 ans (65%). En revanche, ils sont différents auprès des foyers familiaux (dans la même tranche d’âge mais à 75%). Dernière tranche : les campagnes sur les foyers de personnes plus âgées de 55 ans en moyenne, représentées à seulement 25%.

drinks
(©  Roman Kraft, unsplash)

Que choisir entre display et vidéo ?

Quelle méthode mettre en place pour valoriser les produits ou les services de sa marque ? Selon l’étude, 75% des campagnes ayant utilisé le display ont eu un impact positif sur les ventes en magasin (hors Youtube et Facebook) à court terme, face à 73% qui ont utilisé la vidéo online. Ainsi, les deux techniques sont tout aussi performantes l’une de l’autre. Au global, ces campagnes ont recensé +10% de gain d'acheteurs (auprès des exposés aux campagnes digitales).

Combien de temps faire durer sa campagne ?

Il  semblerait que les campagnes ayant duré à peine une semaine, aient été moins efficaces (CA incrémental), que celles ayant été déployées sur 15, 21 jours ou même 28 jours. 80% d’entre elles d’ailleurs ont réellement fonctionné après ce long délai. 

commerce
(© Adeolu Eletu, Unsplash)

des best practice pour une campagne efficace ?

Comme le conseille 3W.relevanC, il faut combiner un ciblage socio-démographique et socio-conso pour maximiser l’impact. Puis, mettre en place des formats vidéo et des habillages efficaces. Enfin, créer une pertinence du mix entre l’audience et le média planning.

Ainsi, il faut savoir cibler ses consommateurs, connaître leurs goûts et leur budget pour savoir à quels types de campagnes publicitaires, ils peuvent être sensibles ou non. Par la suite, ils seront peut-être de plus en plus fidèles à l’enseigne, ou à la marque même.

shopping
(©  Melanie Pongratz, Unsplash)

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par