Mode : le marché de la seconde main pour enfants de plus en plus tendance

babies
(© Travis Grossen, Unsplash)

À l’heure des bonnes consciences tournées sur l’environnement, le marché de la seconde main est en vogue chez les consommateurs. Tout particulièrement du côté des pièces pour enfants, qu’elles soient vintage, éco-responsables mais surtout… accessibles à bon prix. Un phénomène de mode sur lequel a voulu enquêter l’agence Monet + Associés autour d’une étude « social data » développée par ses pôles kids et data.

baby
(© Luke Michael, Unsplash)

La seconde main sur toutes les bouches

Selon l’étude, un quart des conversations sont aujourd’hui consacrées à la seconde-main et tout particulièrement à celle pour les enfants. Aussi, en trois ans le volume de contenus et de conversations en ligne (sur ce sujet) est passé de 4K à 23K, en termes de retombées. Les raisons de la popularité de cette thématique ? L’utilisation d’Instagram au travers de comptes valorisant l’échange et la seconde main (influenceurs) et les repositionnements de marques, voulant s’adapter aux besoins de leur clientèle en matière de vêtements écologiques et bien pensés. Les exemples sont d’ailleurs nombreux avec Galeries Lafayette (Good Dressing), Cyrillius (secondehistoire.fr) et H&M (afound).

boots
(© Mon Petit Chou Photography, Unsplash)

La 2ème vie des vêtements est sur Instagram

Les influenceuses ont un rôle à jouer dans la démocratisation de l’achat/vente de seconde main, poursuit le document. Des causes qui les portent progressivement à s’engager auprès de leurs communautés jusqu’à prôner la seconde main comme art de vivre. Instagram à lui seul d’ailleurs, captive aujourd’hui de nombreux intéressés par ce marché, recensant 62% des conversations « seconde-main kids ». Conséquences ? La plateforme inspirante est devenue le canal de prédilection majeur pour les familles, la vitrine de ces produits et plait  tout particulièrement aux femmes âgées de 18 à 35 ans (9%). Elle leur permet de faire des bonnes affaires au travers de vide-dressing ou de trouver des pièces de marques à moindre coût. Une tendance en hausse sur l’année 2018, à mettre en corrélation avec d’autres valeurs liées à la protection de l’environnement (plastique, déchets, biodiversité, anti-gaspillage, etc).

secondemain

Le zero waste soutient l’achat de seconde main

Acheter des vêtements de seconde main plutôt que du neuf, permettrait à de nombreux consommateurs de « déculpabiliser ». Une tendance notamment soutenue par la tendance du « zero waste ». Pour aller plus loin, le document s’est également interrogé sur le profil des prescripteurs de seconde main kids. Des internautes au réseau confiné et impliqués dans une démarche zéro déchet, rejoints par des « e-mums », des influenceuses et des vlogueuses lifestyle qui s’essaient au zéro déchet jusqu’à en faire leur philosophie de vivre, renforcée d’ailleurs par des mots clés bien indentifiables (#economiecirculaire, etc). C’est sans compter sur les autres tendances qui se dégagent sur le marché : le vrac, le Do It Yourself, ou encore le troc (8% de conversations y étant dédiées).

Pour autant, au cours de ces trois dernières années, on observe un attrait pour ce mode de consommation, plus seulement lié à des problématiques écologiques ou économiques mais à des synergies avec des motivations liées l’accessibilité de pièces originales et rares, pour construire un look d’enfant travaillé. Le « seconde-main » s’inscrit dans une démarche travaillée et s’éloigne de préjugés liés à une apparence « négligée ». Selon les divers profils d’internautes, il n’est plus un sujet tabou mais un recours mode et écologique vertueux. Reste encore à bien marier les couleurs entre elles… et pourquoi pas en faveur de la planète…

Les vêtements sont en tout cas les premiers produits consommés avant les livres et les jouets. De quoi faire plaisir aux aînés et aux cadets de la famille… sans avoir à se ruiner ! S’habiller, c’est comme manger : un acte social et réfléchi.

vêtements
vide dressing

Méthodologie : analyse de 32 390 conversations du web social mentionnant spécifiquement l’achat de seconde-main sur le secteur KIDS (vide-dressing, recours à vinted, pièces chinées, achats auprès/via les réseaux sociaux) de Janvier 2016 à décembre 2018 à l’aide de l’outil Brandwatch.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par