Jean-Philippe Baille (FranceInfo) : « les faits, rien que les faits »

Jean-Philippe Baille (FranceInfo)
(© Christophe Abramowitz/Radio France)

FranceInfo (Radio France) a créé en cette rentrée un nouveau service consacré aux sujets « Sciences, Santé, Environnement et Technologie », une équipe de six journalistes spécialisés pilotée par Olivier Emond. La station veut davantage répondre aux interrogations des auditeurs et internautes et renforcer le lien de confiance avec son audience. Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de FranceInfo, détaille à CB News les nouveaux moyens que le média se donne pour lutter contre la montée du complotisme.

Pourquoi ce nouveau service « Sciences, Santé, Environnement et Technologie » est-ce si nécessaire ?

C’est un projet que j’avais dès mon arrivée à FranceInfo il y a deux ans, conscient que ces thématiques, parfois complexes, sont désormais au centre de notre société, notamment toutes celles qui touchent à l’environnement. La crise de la Covid-19 n’a fait que conforter cette ambition nécessaire. Celle de constituer une équipe de spécialistes, une force d’action rapide d’expertise pour intervenir à tout moment à l’antenne et insister sur toutes les questions de santé et de recherche au sens large du terme.

Aujourd’hui tout s’accélère, et le public a besoin d’explication simple et accessible. C’est le rôle de FranceInfo et d’un média de service public de donner les clés pour mieux comprendre les enjeux. Il y a même urgence compte tenu de toutes les informations qui nous submergent tous les jours autour de ces questions qui ne doivent pas être traitées à la légère. Voilà pourquoi il fallait nous structurer et dégager du temps pour enquêter et décrypter avec des journalistes chevronnés et compétents dans ces domaines.

Le complotisme et la défiance autour des sujets scientifiques, une nouvelle donne ?

Je ne sais pas si c’est une nouvelle donne car cela fait déjà plusieurs années que nous connaissons de nombreuses controverses autour de la vaccination ou du dérèglement climatique par exemple. La crise sanitaire que nous traversons est un terrain fertile à la désinformation et nous oblige encore plus à démêler le vrai du faux. On a lu, on a entendu et on entend encore tout et n’importe quoi sur ce virus, son origine ou ses conséquences sur notre santé. À FranceInfo, nous nous attachons aux faits, nous vérifions toutes les sources avant de donner une information à l’antenne et nous nous devons de prendre le maximum de recul.

Ce service - comme la Cellule Vrai du Faux de certification de l’information que nous avons mise en place il y a 1 an - répondra aux interrogations de nos auditeurs et internautes et renforcera le lien de confiance que nous avons avec eux. Nous sommes un média de confiance qui lutte contre les approximations, les infox et les théories complotistes. Le défi est immense mais nous nous donnons les moyens de le relever en toute humilité. 

Que vous apprend la crise sanitaire et économique sur la façon de traiter l’information ?

Il faut être encore plus rigoureux ! Et prendre des temps de décryptage et d’enquête. Les Français ont besoin d’une information fiable, impartiale et accessible. Nous devons être encore plus vigilant lorsque nous donnons la parole à un expert. Est-il vraiment légitime ? Totalement indépendant ? Quelles sont les thèses qu’il a défendues ces dernières années ? Nous faisons la chasse aux « toutologues » comme je les appelle... Si un expert s’exprime sur un domaine, c’est qu’il est reconnu comme étant le spécialiste de ce domaine et non pas parce qu’il a été le plus rapide à nous répondre ou qu’il est le plus à l’aise au micro. C’est l’exigence journalistique qui doit être la nôtre car nous nous engageons auprès de nos auditeurs.

Comment FranceInfo s’adapte à ces nouveaux enjeux ?

C’est un combat de tous les jours. Il était nécessaire de nous structurer pour répondre à cette exigence. Nous franchissons une nouvelle étape en réunissant au sein de ce service ces 6 journalistes spécialisés. Ils complètent le dispositif mis en place il y a plus de 4 ans avec l’Agence FranceInfo qui certifie chaque information que nous diffusons sur nos antennes par un travail minutieux de vérification et avec la Cellule Vrai du Faux que nous avons constitué l’an dernier pour déjouer tous les pièges des réseaux sociaux.

Vous nommez un rédacteur en chef chargé des podcasts et productions audionumériques : de nouveaux formats qui arrivent ?

FranceInfo est déjà présent depuis plusieurs années sur les podcasts d’information : « Coronavirus : au cœur de la lutte », podcast sur la crise sanitaire dans les hôpitaux est sorti en mai dernier en collaboration avec l’AP-HP, « Ils vont décrocher la Lune – spécial virus », podcast sur l’histoire des virus a été mis en ligne cette été… Nous voulons aussi développer des nouveaux formats originaux à destination des enceintes connectées, des téléphones et de tout l’univers audio-numérique qui touchent un public plus jeune et/ou qui a perdu l’usage traditionnel du média radio.

Cette ambition s’accompagne de notre obsession d’être concentré sur les faits, rien que les faits, face à l’émergence des fausses informations dans l’univers audio. La crise actuelle nous conforte dans l’idée que notre combat contre les infox se mène d’abord sur les réseaux sociaux, grâce à la création de nouveaux formats. C’est une autre façon d’aller sur le terrain. Ainsi, nous pouvons observer le monde et la société d’aujourd’hui pour mieux la décrypter et l’analyser.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par