Radio France : la nouvelle saison d’un « media ouvert »

radiofrance
(© Thierry Wojciak/CBNews)

On a connu le Studio 104 de la Maison de la Radio bien plus rempli. Pourtant, mardi, Radio France inaugurait le long bal des conférences de presse des médias audiovisuels qui vont se succéder ces 15 prochains jours. C’est ainsi devant une audience clairsemée que la présidente du groupe Sibyle Veil a posé les jalons d’une nouvelle saison d’un « media ouvert » qui compte faire encore mieux que la saison précédente, où pourtant les 7 stations du groupe (France Inter, France Culture, FIP, Mouv’, France Musique, France Bleu et franceinfo) ont défendu haut les couleurs du service public radiophonique, faisant même de France Inter la première radio de France. Mme Veil a ainsi détaillé son plan de conquête des auditeurs, alors que plane le serrage de vis budgétaire (60 M€ d’économies) et qu’un plan de départs concernant près de 300 collaborateurs est actuellement en discussion et devrait se poursuivre jusqu’au début 2020.

sibyleveil

Création de la cellule « vrai du faux »

Et c’est d’abord sur « l’ouverture à la société » que la dirigeante engage son groupe qui se veut en phase avec son époque, « connecté à la vie des Français ». Pour cette saison « post Gilets Jaunes », elle assure que l’environnement, l’identité sexuelle ou encore le gaming, notamment, seront des thématiques fortes sur les antennes du groupe, qui s’engage en outre résolument sur la lutte contre la désinformation via franceinfo. Cette dernière crée la cellule « vrai du faux », sous la houlette de Antoine Krempf, en complément de « L’Agence », la structure de vérification et de certification de l’info lancée par la station en 2016. Mouv’, de son côté, participera à l’éducation à l’information à l’attention de son jeune public. Et les autres. « Nous souhaitons pacifier le débat public », souligne encore Sibyle Veil, tout en étant « exigeant sur la diversité ».

Une nouvelle appli à l’automne

Mais pour cette saison 2019-2020, Radio France veut aussi accompagner les mutations du secteur radio et audio. Enceintes connectées, podcasts natifs, web, « nous pensons le numérique comme une antenne », assène la présidente. Dès l’automne prochain, l’appli de la Maison ronde lancée il y a un an, connaitra de nouvelles évolutions (identité visuelle, ergonomie) et fonctionnalités : une fonction de recommandation, la mise en place d’un compte personnel et d’un moteur de recherche. Surfant ainsi sur son savoir-faire, Radio France compte également lancer « au printemps 2020 » un festival de l’audio qui réunira aussi bien professionnels que le grand public. 3ème étage de la fusée Radio France : « faire rayonner la diversité culturelle et la création ». Vaste programme qui a pour objectif de « faire entendre la diversité à l’heure des algorithmes ».

Les grilles de rentrée…

bloch

Par station, si Nicolas Demorand et Léa Salamé reste le tandem intouchable de la matinale de France Inter, la directrice de la station Laurence Bloch annonce 10 nouvelles émissions (« Pas son genre, l’hebdo » avec Giulia Foïs, « Modern love » avec Nadia Daam, « La terre au carré » avec Mathieu Vidard, « Une heure en séries » avec Xavier Leherpeur, etc.). Côté numérique, France Inter proposera « Pour/Suite », un format de 12 minutes avec Bruno Duvic qui reviendra sur un fait d’actu de la semaine, alors que de nouvelles collections de podcasts natifs vont être déclinées : Intérieur Queer, 13 novembre l’enquête…

Franceinfo qui se veut « un tiers de confiance » selon son directeur Vincent Giret, fera également la part belle à l'environnement et à l'international avec deux nouvelles chroniques. Le journaliste Frédéric Carbonne arrive sur la tranche du midi, qu'il délocalisera à travers la France à l'approche des municipales de 2020. La station en profite pour révéler sa nouvelle signature : « franceinfo et tout est plus clair ». Elle proposera également des séries de podcasts natifs : Salut l’info !, La vie en jaune, Ils vont décrocher la lune et Les élections américaines.

France Culture propose pour sa part la nouvelle émission « Le cours de l’histoire » animé par Xavier Mauduit, un débat d'actualité à 18H20 orchestré par Emmanuel Laurentin, « La transition écologique » proposé par Hervé Gardette et de nouveaux rendez-vous dominicaux consacrés au théâtre (« Tous en scène » avec Arélie Charon) et à la bande dessinée (« Le rayon BD » avec Victor Macé de l’Epinay).

"Tout changer"...

Nous « changeons quasiment tout » aura été pour sa part le mantra du directeur de Mouv’, Bruno Laforestrie. Fort de ses 450.000 auditeurs quotidiens en juin, selon lui, la station « jeune » du groupe Radio France propose à compter du 2 septembre une nouvelle matinale, un rendez-vous d'actualité rallongé le midi, ainsi qu'une nouvelle émission hip-hop à 20H présentée par Pascal Cefran et diffusée sur Twitch. « Sur Mouv’, la musique est vivante parce qu’elle est incarnée », martèle son patron, alors que le déploiement du DAB+ dans tout l’Hexagone permettra à la radio d’avoir un véritable rayonnement national, tout comme FIP.

Sur France Musique, Frédéric Lodéon quitte la semaine après 27 ans de bons et loyaux services pour le dimanche 14h, remplacé par une émission de musique baptisée « Relax ! » et Lionel Esparza (15h-17h) et une heure consacrée chaque jour à Beethoven (« Le van Beethoven » avec Aurélie Moreau – 17h-18h), dont on célèbre le 250ème anniversaire en 2020. La matinale accueille par ailleurs un nouvel anchorman en la personne de Jean-Baptiste Urbain pour « Musique Matin » (7h-9h). La station propose aussi un nouveau "Carrefour de la création" le dimanche soir, rassemblant des genres qui étaient jusqu'ici proposés en semaine, de la création mondiale à la musique concrète.

Enfin, France Bleu déclinera sa saison à l’aune de « l’info, le trafic et la mobilité », assure son directeur Jean-Emmanuel Casalta. S’appuyant sur ses 44 stations locales, le réseau se voudra « au cœur » des élections municipales en 2020. Il jouera également la carte de l’assistant vocal avec Alexa d’Amazon qui permettra aux auditeurs d’y écouter les commentaires de matches de foot de Ligue 1. Un « multiplex foot réinventé et connecté », se réjouit le dirigeant. France Bleu, avec France 3, poursuivra par ailleurs son déploiement de ses matinales filmées. France Bleu Creuse et France Bleu Nord rejoindront ainsi en septembre, en mode décrochage local, France Bleu Azur et France Bleu Occitanie de 7h à 8h40. D’ici 2022, les 44 matinales du réseau devraient être diffusées sur France 3.

radiofrance

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par