VSD en redressement judiciaire

VSD

Le magazine VSD a été placé en redressement judiciaire un an après son rachat par le patron de presse Georges Ghosn, selon une décision du tribunal de commerce de Paris consultée le 12 août par l'AFP. Le numéro d'août devrait paraître mardi malgré un différend avec l'imprimeur, avant un numéro spécial consacré à la chirurgie esthétique, a indiqué Georges Ghosn à l'AFP. L'ancien patron de France-Soir est en conflit avec le groupe Prisma qui lui a cédé le magazine en juin 2018. L'entrepreneur a reçu près de deux millions d'euros pour éponger des dettes et financer le départ de salariés dans le cadre d'une clause de cession. Mais il y a eu "beaucoup d'irrégularités" dans la cession, accuse Georges Ghosn, qui menace Prisma d'une action judiciaire. La cession de VSD à sa société suisse Ghosn Capital avait été bouclée dans un climat très tendu, les salariés de l'hebdomadaire qualifiant ce projet de cession de "plan social déguisé" et son repreneur de "fossoyeur".

Fin 2018, Georges Ghosn avait lancé une nouvelle formule, mensuelle et non plus hebdomadaire, avec une pagination et un prix augmentés. Il y prônait un retour au "vrai journalisme" avec de nouvelles rubriques, tout en gardant "l'ADN" de VSD (people, sports extrêmes, photojournalisme...).  Depuis, la quasi-totalité de l'ancienne équipe a fait valoir sa clause de cession pour quitter le titre.  Lancé en 1977, VSD (initiales de Vendredi, Samedi, Dimanche) se vendait à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires dans les années 1980. Le magazine, déjà placé en redressement en 1995, avait été racheté par Prisma Media (Bertelsmann). Selon des chiffres de l’ACPM-OJD, VSD est passé sous la barre des 80 000 exemplaires écoulés (en Diffusion France payée – DFP) fin 2018, avec 70 136 en novembre et 76 878 en décembre alors qu’une nouvelle formule avait publiée le 31 octobre.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par