Famille Bousquet (Business) "les médias sont un vrai point d’ancrage"

Georges-Henri, Eric et Louise Bousquet - Agence Business

Deuxième semaine de confinement...CB News poursuit sa série d'interviews de professionnels de la filière communication, initiée mardi 17 mars. Et c'est une famille "qui résiste" qui répond : Louise, Eric et Georges-Henri Bousquet, de l'agence Business, s'est prêté à l'exercice. Voici leurs réponses.

1) Le confinement s'est généralisé ...Comment allez-vous à l'agence ?

La famille Bousquet : nous allons tous bien et c’est déjà là le plus important. Pour le reste, on s’adapte. Nous sommes 40 à l’agence et grâce à cette équipe compacte nous avons l’habitude d’être agile. Là, il s’agit de l’être encore plus et notre mode "couteau suisse" nous colle parfaitement à la peau. Tout le monde s’est très vite adapté au télétravail. Certains le sont même à l’année, d’autres l’étaient depuis quelques semaines déjà. Les groupes de travail agence/ annonceur se sont très vite reformés, ce qui nous a permis rapidement de pouvoir répondre à nos clients tant au niveau des problématiques créatives que média. Et puis se remettre au travail à la maison, même si parfois les environnements y sont plus ou moins propices, on pense en particulier aux personnes devant s’occuper de leur enfants en parallèle, ça permet de rester actif dans sa tête. Réfléchir pour créer, négocier, innover ou comptabiliser, ça c’est important pour ne pas tourner en rond ! A cela s’ajoute l’ambiance familiale bien spécifique à Business qui prend vraiment tout son sens. On prend soin des uns et des autres, comme on prend des nouvelles de ses proches en ce moment (petits coups de fils en one to one, visio, partages créatifs (photos, même de la poésie...).

2) Comment réagissent vos clients ? Quels sont vos principales préconisations pour les créations/travaux en cours ?

La famille Bousquet : nous sommes très à l’écoute de nos clients, et leur partageons une vision très positive. Bien-sûr l’inquiétude est là et des problématiques à court terme peuvent pousser à suspendre ou reporter, mais lorsque c'est bien entendu possible, nous les accompagnons pour prendre la parole dans ce moment intense où les médias sont un vrai point d’ancrage, tout particulièrement la TV, qui est notre cœur de métier. Notre priorité est d’aider nos clients à se rendre visible. En pensant moyen terme et, il le faut, sans quoi on perd toute énergie, le fait de s’exposer en tant que marque montre que la vie ne s’arrête pas et qu’on se projette vers la suite. 

3) Concernant l'impact financier de cette crise inédite, en mesurez-vous les conséquences ?

La famille Bousquet : pour l’instant, on ne regarde pas cet aspect. Le plus important est que tout le monde à l’agence soit mobilisé et actif. Et il y a de quoi faire : une grande partie de notre portefeuille de clients concerne l’agroalimentaire (Léa Nature, groupe Bigard (Charal), groupe Neptune (Cristaline, Vichy Célestin), groupe Cristal Union (Daddy), William Saurin) et continue de communiquer. Nous avons un immense respect pour tout le travail et la réactivité des marques que nous accompagnons et qui font tourner les lignes de production pour permettre de tenir le lien alimentaire, mais aussi les nombreux emplois que cela représente. 

4) Comment pouvez-vous être "utile" à la société en ce moment ?

La famille Bousquet : on prend notre métier avec beaucoup d’humilité en général, mais c'est encore plus vrai dans le contexte actuel et surtout face à ceux qui se battent en direct. Mais on aime partager cet état d’esprit ambiant de battant. Alors oui, ça "reste" de la pub et ça ne sauve pas des vies, mais ça ouvre la voie vers une sortie. Une petite dose d’espoir pour demain et beaucoup d’énergie pour montrer aussi aux personnes confinées que ça va redémarrer un jour, sûrement différemment... On se doit d’ être optimiste sans quoi on ne saura plus être au niveau lorsque la reprise sera là. 

 

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par