Edouard Auger et Frédéric Bault (Havas Events) "nous échafaudons la conception de dispositifs hybrides"

Edouard Auger CEO et Frédéric Bault CEO en charge de la création Havas Events

Voilà nous y sommes...Dans la quatrième semaine de confinement. C'est difficile. CB News a une chance. Celle de continuer d'informer. Nous poursuivons notre série d'interviews, débutée le 17 mars, avec aujourd'hui le double témoignage Edouard Auger CEO et de Frédéric Bault, CEO en charge de la création Havas Events

1) COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS FACE À CETTE CRISE SANITAIRE ? POUR VOS SALARIÉS ? VOS PARTENAIRES, LES FREELANCES ?

Edouard Auger et Frédéric Bault : cette crise sanitaire est inédite et a imposé, tout d’abord, le respect total des règles de confinement. Dès l’annonce des premières mesures, nous sommes passés en mode télétravail pour l’ensemble de nos collaborateurs ainsi qu’en activité partielle pour compenser l’impact économique lié aux annulations et reports sine die auxquels nous avons été durement confrontés comme tous les acteurs de la filière événementielle. En parallèle, nous nous sommes engagés avec l’appui du groupe à ne procéder à aucun licenciement économique et à compenser les salaires de nos collaborateurs dans le cadre de l’activité partielle de l’agence, ce qui est exceptionnel dans le contexte actuel. Saluons ici la réaction rapide du gouvernement qui a réagi avec sens de l’écoute et efficacité aux sollicitations rapides de notre association L’Événement, en reconnaissant la situation de la filière événementielle très préoccupante. Enfin, nous avons tenté de réagir avec beaucoup de bienveillance et de solidarité vis-à-vis de nos partenaires et free-lances qui, du jour au lendemain, se sont retrouvés en grande difficulté.

2) COMMENT RÉAGISSENT VOS CLIENTS ? VOUS ÊTES EN PREMIÈRE LIGNE : REPORTS D'ÉVÉNEMENTS, DE CAMPAGNES, CHANGEMENTS DE STRATÉGIES DE COMMUNICATION ? ETC.

Edouard Auger et Frédéric Bault : à la crise sanitaire s’ajoute une crise économique majeure dont les effets chez nos clients se feront sentir à long terme. Cela soulève énormément de questions. Nos clients maintiendront-ils leurs budgets de communication événementielle pour 2020 & 2021 ? Nous avons la conviction que la dématérialisation des événements n’est qu’une réponse provisoire à la crise actuelle. Qu’elle ne remplacera jamais le besoin de réunir, de rassembler, d’enrichir collectivement et de catalyser les émotions à l’occasion de rencontres et rassemblements « physiques ». Nous gardons donc espoir. Pour autant, la réalité de la crise économique nous impose de réfléchir à plus d’agilité dans la manière d’appréhender les problématiques relationnelles de nos clients surtout dans un contexte probable de compression des coûts. C’est pourquoi, avec l’aide de nos cousins du groupe Vivendi (notamment Canal+ et ses capacités de production TV, Dailymotion et ses capacités de diffusion), nous échafaudons la conception de dispositifs hybrides plus souples intégrant la double composante d’une audience physique réduite et d’une autre largement connectée à distance via les technologies disponibles dont nous sommes déjà familiers. Nous avons produit en live, juste avant l’annonce du confinement, quelques événements qui répondaient à cette problématique : l’Echo Day pour LVMH transformé pour l’occasion en émission radiophonique interne pour promouvoir l’égalité des genres dans le cadre de son programme EllesVMH, la présentation des résultats financiers et du plan de transformation du groupe Véolia organisée en live au siège de l’entreprise et connectée à une audience de plus de 11 000 experts, analystes et collaborateurs ou encore le lancement d’un smartphone de dernière génération pour la marque chinoise Oppo avec une audience 100% connectée depuis Barcelone. Cette crise aura le mérite de changer le paradigme de cet équilibre d’audiences souvent recherché par nos clients. Nous en sortirons plus performants de ce point de vue.

3) COMMENCEZ-VOUS À EN MESURER L'IMPACT FINANCIER ?

Edouard Auger et Frédéric Bault :  l’ensemble des acteurs de la filière s’accordent à évaluer l’impact de la crise entre 30% à 50% de perte d’activité sur l’exercice 2020. Nous serons certainement dans cette fourchette même s’il est bien complexe d’évaluer le manque à gagner d’une activité qui repose en grande partie sur les sollicitations permanentes de nos clients « en mode pitch » tout au long de l’année. L’analyse faite des annulations ou reports des mois en cours et à venir, ce sont aussi les compétitions qui nous animent au quotidien qui manquent à l’agenda aujourd’hui. Nos clients ont tout intérêt à profiter de cette période d’accalmie pour nous solliciter sur les meilleures manières de concevoir des événements de sortie de confinement. Certains d’entre eux le font déjà, nous les en remercions et sommes mobilisés pour les accompagner dans ces réflexions. La communication en période de crise est essentielle pour les marques comme le prouve la récente étude Brands & You de notre institut CSA. Nous pensons qu’il en va de même sur la capacité des structures managériales des groupes à reprendre la parole auprès de l’ensemble de leurs parties prenantes. L’événement sera plus que jamais décisif dans ce rebond attendu ou « new deal » que certains appellent de leurs vœux.

4) SELON VOUS, COMMENT POUVEZ-VOUS ÊTRE UTILE - VOTRE AGENCE ET VOTRE SECTEUR - À LA SOCIÉTÉ EN CE MOMENT ?

Edouard Auger et Frédéric Bault  : dans notre situation, Il faut savoir reconnaître ses faiblesses, ses incapacités, rester à sa place et faire preuve d’une sincère humilité. Nous ne relèverons pas le défi sanitaire, nous ne savons pas faire de vaccins, de médicaments, de masques ni de respirateurs et ce sont là les outils de réponse à la première urgence. La magie de notre métier est basée sur sa capacité à augmenter la valeur des rencontres entre les publics et les marques, les publics et les produits, les publics et toutes les organisations. Nous nous trouvons de fait face à un énorme paradoxe à l’heure du premier confinement de notre histoire contemporaine. Notre utilité, nous la trouvons donc dans les réflexions que nous menons pour accompagner avec engagement nos clients qui représentent de grandes entreprises au premier rang des acteurs indispensables à la continuité de nos vies au quotidien (Orange, Carrefour, Véolia…), d’autres qui ont choisi de soutenir spontanément les autorités sanitaires ou le quotidien des français (LVMH, L’Oréal, Canal+…). Nous participerons à inventer demain pour eux de nouveaux formats de conversation où la place du sens et de l’engagement des marques sera centrale.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par