Olivier Boukhobza (SFB Paris/Olio TV) : « Le tournage en studio va devenir la norme »

boukhobza

La période de confinement se poursuit, les interviews de CB News initiées le 17 mars également. Nous continuons donc nos rencontres avec les professionnels afin de leur demander la perception de leur marché, leur constat et leur façon de voir l’avenir à moyen et long terme. Aujourd’hui, Olivier Boukhobza, fondateur des studios de tournage SFB Paris et Olio TV.

6ème semaine de confinement et de télétravail… Après la mise en place d’une nouvelle organisation, y-a-t-il eu des ajustements, des manques, des innovations. Tout est-il rose dans ce nouveau mode de travail ?

Les nouveaux studios de tournages SFB PARIS de 800m² dont l’ouverture était prévue pour le mois d’avril est naturellement repoussée, mais cela nous permet de réajuster à distance avec nos fournisseurs, avec de longs Face Time, le choix final de nos équipements. Pour notre production audiovisuelle Olio TV, nous avons assez de recul pour nous adapter, même si les projets tournés en extérieur sont annulés, idem pour les captations d’événements, mais cela nous permet là aussi d’imaginer des concepts d’émissions innovants, de réfléchir à des packages clés en main pour les clients comme des spots publicitaires à bases de stock d’images. Chaque moment de libre est bon pour imaginer et créer.

Quelle sont les urgences de vos clients ? Que vous demandent-ils ? Quelles sont vos préconisations ?

Nos deux entreprises sont à l’arrêt à 90%. Nous travaillons sur quelques films d’animations et avons reçu quelques demandes pour des tournages en intérieur. Le tournage en studio va devenir la norme. Les autorisations de tournages en extérieure seront quasi inexistantes, nous proposerons aux entreprises le tournage de leurs projets en studio, nous nous y préparons déjà. Aujourd’hui, des outils de plus en plus précis permettent de faire de l’intégration 3D sur fond vert par exemple, sans surcoût. 

Mesurez-vous d’ores et déjà l’impact financier de cette crise ?

J’observe depuis 10 ans un pic d’activités au mois de mars. Habituellement nous couvrions notamment des captations de conférences, tournions des publicités pour une diffusion fin T2. J’ai limité la casse en réduisant les charges fixes au maximum, aussi grâce à nos fournisseurs et sous-traitants. J’ai vu des chefs d’entreprises couler ces dernières années car ils n’avaient pas fait attention aux charges fixes. C’est un secteur cyclique. Quand ça marche, on dépense parfois bêtement, certains ne prennent pas le temps d’interroger la comptabilité sur le listing des frais réguliers…. Ça va très vite. Nous avons aussi le privilège dans l’audiovisuel d’avoir le statut d’intermittent qui nous permet d’être flexible, qu’il faut d’ailleurs revaloriser à la hausse.

Il est aussi important et vital de se diversifier et c’est que nous faisons, en proposant une large palette de compétences techniques et artistiques : publicités, brand content, captations, motion design, émissions, web tv, location de studios, production exécutive.

Y aura-t-il un avant et un après coronavirus pour votre entreprise ? Pour votre secteur ? 

Je suis fils de médecin qui exerce, à qui je rends hommage comme l’ensemble du corps médical, et je suis avec attention ses conseils concernant l’hygiène de nos locaux, que nous devons tous garantir, sans limitation dans le temps. Un retour à la réalité s’impose concernant les prix appliqués jusqu’à maintenant dans l’audiovisuel. Quant à nous, nous allons renforcer nos offres de captations en direct à destination de l’événementiel et proposerons des tarifs avantageux pour toutes les sociétés de production indépendants désireuses de réaliser leurs projets dans nos studios de tournage.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par