Yuan Zou (Hylink France) : « soyez prêts pour la reprise »

zou

Deuxième semaine de confinement...CB News poursuit sa série d'interviews de professionnels de la filière communication, médias et contenus initiée mardi 17 mars. Yuan Zou, directrice du développement Europe Mode et Luxe de Hylink, s’est prêtée à l'exercice.

Le confinement s'est généralisé ... Comment faites-vous face avec l'agence ?

Nous sommes bien évidemment passés au télétravail au bureau de Paris. Le modèle d’Hylink est spécifique. Agence française d’un groupe chinois, nous avons l’habitude de travailler à distance avec les bureaux en Chine. Dans nos bureaux européens, nous gérons, la stratégie, la relation client, le new business. Toute l’exécution est faite en Chine. Nous avons donc quotidiennement des meetings avec la Chine, et cela n’a pas changé. Nous sommes également très habitués en Chine à communiquer au quotidien avec nos collègues et nos clients via des plateformes telles que WeChat ou WhatsApp. Cela peut être nouveau pour les Français pour lesquels ces plateformes sont plutôt réservées à la sphère privée. C’est en revanche un mode de fonctionnement très installé dans le monde de l’entreprise en Chine avec des règles de fonctionnement implicites. Ainsi, il est de rigueur de répondre dans l’heure à tout message. S’il existe des meetings de visu, les Chinois ont plutôt le réflexe plateforme et les conférences WeChat sont bien plus fréquentes. En agence, nous avons des groupes dédiés pour les clients, des groupes organisés par projet ou campagne. Les collaborateurs sont habitués à travailler avec ces outils pour les briefs et savent réagir vite pour répondre aux clients.

Comment réagissent vos clients ? Quels sont vos principales préconisations pour les créations/dispositifs/travaux en cours ?

Hylink accompagne les marques françaises des secteurs de la mode et du luxe qui souhaitent communiquer sur le marché chinois. Ces marques avaient anticipé la reprise de l’activité en Chine avant que la crise sanitaire ne touche l’Europe. Tous les indicateurs annonçaient la reprise du marché chinois attendue pour le 3ème trimestre. Poussés par cet optimisme, nos clients se sont engagés sans hésiter en janvier et février. Le business va être fortement impacté partout dans le monde, en France, aux Etats-Unis, et tous ces annonceurs misent sur le marché chinois pour compenser la baisse annoncée de leurs autres marchés. Les Chinois ont une façon propre de réagir aux crises et leur comportement d’après-crise diffère de celui des Occidentaux. La consommation va reprendre à un moindre niveau mais elle va reprendre.

Les attentes de nos clients déjà présents en Chine ne sont pas les mêmes que celles de marques qui se lancent sur le marché. Les premiers souhaitent communiquer de manière différente et nous les accompagnons en préconisant des stratégies très orientées e-commerce et qui intègrent plus rapidement le digital. Pour des marques qui entrent sur le marché chinois, elles voient l’urgence à saisir l’opportunité de la reprise. C’est notamment le cas pour le joailler Courbet que nous accompagnons. C’est une marque écologique et nous savons que les consommateurs chinois seront particulièrement sensibles aux préoccupations écologiques en sortie de crise.  Pour nos clients Luxe, l’implantation en Chine faisait partie intégrante de la stratégie de développement et du story telling des marques. Là encore, il faut attraper dès maintenant le train de la reprise. Notre préconisation principale c’est « soyez prêts pour la reprise » et notre rôle est de les aider à le faire et à le faire plus vite.

Concernant l'impact financier de cette crise inédite, en mesurez-vous les conséquences ?

L’activité d’Hylink France est récente. Nous n’avons pas constaté de coup d’arrêt brutal dans les collaborations qui avaient été engagées. Toutefois, il faut rester modeste car nous n’avons ouvert notre bureau qu’il y a moins d’un an, en mai 2019. Nous ne pouvons donc pas encore mesurer l’impact financier de cette crise. Toutefois nous avions été très prudents quant à notre développement et notre croissance et nous suivons pour l’instant les objectifs que nous nous étions fixés.

Comment pouvez-vous être "utile" à la société en ce moment ?

Pendant le pic de l’épidémie en Chine, Tong Su, CEO d’Hylink, s’est rapproché de beaucoup d’entreprises européennes pour offrir aux hôpitaux chinois du matériel paramédical. Il a tissé des liens avec nombre d’entre elles. Aujourd’hui, alors que ces mêmes entreprises ont besoin de se fournir en Chine, il donne de son temps pour faciliter et garantir l’efficacité de l’importation du matériel paramédical vers l’Europe.

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par