David Leclabart (Australie) "demeurer humbles et imaginer le jour d'après"

David Leclabart - Australie
(© Eric Legouhy)

CB News poursuit sa série d'interviews, initiée mardi 17 mars, avec le témoignage de dirigeant(e)s d'agences sur la crise sanitaire et économique. David Leclabart, président de l'agence Australie, s'est prêté à l'exercice. Voici ses réponses.

1) Comment réagissez-vous face à cette crise sanitaire ? Pour vos salariés ? Vos partenaires, les freelances ?

David Leclabart : depuis le début, la crise sanitaire impose le sens des priorités. Nous avons suivi les mesures et les consignes civiques, comme tout le monde j’imagine. Cela nous a permis d’anticiper et d’équiper l’agence en vue du télétravail (VPN, portables…). Vendredi dernier nous réunissions le CSE et lundi nous informions nos clients que nous étions mobilisés et organisés en télétravail. Depuis, nous faisons en sorte d’animer la vie de l’agence à distance. Le travail nous donne un rythme, chaque département a ses rdv en visioconférence et chaque équipe s’est organisée en fonction des projets. De façon plus informelle certains se réunissent en call ou en visio pour faire des breaks comme ils le font habituellement à l’agence ... mais à distance. Et puis tous les soirs, nous nous connectons tous. C’est assez inaudible, mais très sympa et émouvant de retrouver tous les visages de l’agence en mosaïque de gros plans.

2) Comment réagissent vos clients ? Reports de dispositifs, de campagnes, changement de stratégies de communication ? etc.

David Leclabart : les cas sont très variés ; des projets sont annulés, d’autres sont décalés, certains sont maintenus et d’autres se lancent en urgence. Et c’est assez normal car les réalités de nos clients sont très différentes. Certains sont en train de fermer leurs activités, quand d’autres luttent au quotidien avec leurs équipes pour assurer la mission d'utilité publique qu'est devenue le maintien de la chaîne alimentaire. D'ailleurs l'action d'intérêt général de la distribution n'est pas assez valorisée dans l’opinion, à date. Les équipes de l’agence sont mobilisées pour que la qualité de notre accompagnement soit un invariant, un espace de stabilité pour aider nos clients à affronter l’inédit.

3) Commencez-vous à en mesurer l'impact financier ?

David Leclabart : sur la partie évènementielle de notre activité nous avons très tôt travaillé avec nos clients sur les annulations, et les solutions possibles de report. Nous verrons en temps voulu pour le reste de l’activité.

4) Selon vous, comment pouvez-vous être utile - votre agence et votre secteur - à la société en ce moment ?

David Leclabart : notre action est humble face à l’enjeu sanitaire mais nous avons un rôle à jouer. Aujourd’hui, nous sommes utiles en tant que collectif humain en faisant en sorte que le confinement soit le moins douloureux possible. Pour les équipes comme pour nos clients et nos partenaires. Maintenir le lien est important. Et puis d’un point de vue professionnel nous devons accompagner l’effort national. En soutenant les acteurs de cet effort (distribution alimentaire, santé publique, services à distance) et en aidant ceux qui subissent à se sentir moins impuissants face à la situation. En gardant le cap et en se concentrant sur ce qui est activable. Pour la suite, il est impossible de faire des prévisions mais nous avons hâte d’imaginer « le jour d’après ».

À lire aussi

Recevez gratuitement les newsletters de CB News !
Filtrer par